Attraction - Love of Hp
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oeil pour oeil, dent pour dent

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 4:31

Bonjour à tous (et même aux Serpy xD)!

Voilà, j'ajoute ici ma fic' pour que vous puissiez me dire ce que vous en pensez...

Trêve de bavardages, petite présentation:
Il a cru pouvoir oublier son passé.
Elle a cru pouvoir le manipuler.
Ils ont eu tort...

Drago a un an pour prouver sa fidélité au ministère. Sinon, il sera envoyé à Azkaban. Il se promet d'y échapper. Mais tout se complique quand celle qui doit décider de son sort se révèle être Hermione Granger. Le piège se referme. Mais sur qui?


Chapitre 1: Après la pluie, le beau temps

Hermione regarda le planning du jour. Chargé, comme d'habitude. Elle soupira. Encore une dure journée qui l'attendait. Une note s'engouffra dans son bureau. Elle saisit le petit avion en papier et le déplia. Une note du Ministre lui-même. Elle s'installa confortablement et commença à lire.
"Miss Granger, votre nouvelle recrue arriva dans la matinée. Sa période d'essai est d'un an. Au moindre problème, ma secrétaire, Ginny Weasley, sera à votre entière disposition.
Kingsley Shacklebolt"
La jeune fille sourit. Un petit peu d'aide au bureau ne fera pas de mal. Malgré celle de Neville et Luna, elle était constamment débordée.

Drago se réveilla difficilement. Aujourd'hui, sa nouvelle vie commençait, mais cela ne l'enthousiasmait en rien. C'était même le contraire. Il avait un an pour faire ses preuves. Un an pour les convaincre qu'il était digne de confiance. Un an, c'était à la fois très long et très court. S'il échouait, c'était le retour à Azkaban. Et ça, Drago ne le supporterait pas. Rapidement, il se prépara et pris son petit déjeuner, en lisant la Gazette du Sorcier. Une grimace de dégoût traversa son visage à la vue de la Une qui titrait: "Après la pluie, le beau temps".
-Ca, ça dépend pour qui! grogna-t-il.
Il referma le journal avec humeur. Bien sûr, depuis un an que le Seigneur des Ténèbres était tombé, les choses s'étaient un peu arrangées pour lui. Mais pas tellement.

Hermione regarda avec impuissance la nouvelle pile de dossiers de la journée. Une vague de désespoir l'envahit, mais, comme à son habitude, elle se ressaisit.
-C'est toi qui l'a voulu, se murmura-t-elle à mi-voix.
Et c'était la pure réalité. Quand il avait fallu choisir son orientation à Poudlard, elle avait voulu faire quelque chose de véritablement utile, dans la continuité de la S.A.L.E. Et elle avait réussit. Elle dirigeait à présent une petite section du ministère: le tribunal de l'égalité. Elle jugeait ainsi tous les conflits entre les sorciers et les elfes de maison. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ils étaient nombreux. Les elfes ne réclamaient ni salaire ni congé, mais ils avaient à présent des droits, et ce, grâce à elle.

Le jeune homme se tira de ses sombres pensées. A dix-neuf ans, il était trop jeune pour se lamenter sur son sort. Et puis, ce n'était pas l'attitude d'un Malefoy. Sur ces bonnes paroles, il débarrassa sa table d'un coup de baguette et jeta un dernier regard à sa cuisine miteuse avant de transplaner au Ministère. Avec lenteur, il se dirigea vers l'accueil et s'appuya avec nonchalance sur le comptoir. L'hôtesse leva les yeux vers lui et lui demanda ce qu'il désirait, très professionnelle.
-Je dois me rendre au bureau 16, le Tribunal de l'égalité.
-Niveau 4, récita-t-elle. Et le Ministère de la Magie vous souhaite une bonne et agréable journée.
-C'est ça, soupira Drago en s'éloignant. Il y en a qui croient encore au Ronflac Cornu.

Hermione se saisissait du premier dossier lorsque Neville et Luna arrivèrent. Le visage lunaire du jeune homme s'accordait à merveille avec le visage rêveur de son amie. Ils se saluèrent chaleureusement et Hermione les mit au courant de l'arrivée d'une nouvelle recrue, avant de se mettre au travail. De temps en temps, l'un d'entre eux se levait pour vérifier une donnée dans un des manuscrits qui recouvrait les murs. Hermione était plongée dans une horrible histoire de meurtre quand une nouvelle note entra dans son bureau. Pour la seconde fois de la matinée, elle se saisit du bout de papier ensorcelé. Mais cette fois, c'était l'écriture de Ginny. Le mot était bref et clair:
"Hermione, je voulais te prévenir. Ton nouvel employé est une Anguille. Et c'est Drago Malefoy."

Drago monta dans l'ascenseur qui s'était arrêté devant lui dans un bruit métallique. Il remonta jusqu'au niveau 4, qu'une voix féminine et impersonnelle qualifia de "Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, sections des animaux, êtres et esprits, Bureau de liaison des gobelins, Agence de conseil contre les nuisibles". Tout en se demandant ce qu'on pouvait lui demander de faire dans un pareil département, il chercha le bureau 16. Il finit par le trouver, coincé entre la salle de détente et un bureau remplit de créatures plus saugrenues les unes que les autres. Discrètement, il passa la tête à travers l'embrasure de la porte. Contrairement à ce qu'il avait pensé, la salle était claire et spacieuse, malgré la centaine de livres qui recouvraient les murs.

-Malefoy!
-Granger!

Hermione essayait de se redonner contenance, mais elle n’y parvenait pas. Elle n’avait même pas eu le temps d’assimiler ce que lui avait griffonné Ginny à toute vitesse que déjà ce résidu de Mangemort avait le culot de se ramener. C’était hors de question ! Elle n’allait pas travailler avec lui. Elle ne le laisserait pas saboter son affaire. Et depuis quand il s’intéressait aux droits des elfes, hein ? Ce n’était pas un exemple avec Dobby ! C’était même le contraire. Ca faisait des mois qu’elle réclamait une personne supplémentaire dans son bureau et le seul sorcier qu’on lui fournissait, c’était Drago Malefoy. C’était un cauchemar! Oui, elle allait se réveiller et découvrirait un gentil stagiaire, impliqué et sérieux. Pas son pire ennemi. Elle ferma les yeux, inspira profondément et les rouvrit. Miracle ! Malefoy n’était plus là !

Drago n’en croyait pas ses yeux. Il allait travaillé pendant un an sous les ordres d’une Sang-de-bourbe, qui, au passage, avait l’air aussi ravie que lui de la situation. Il la vit fermer les yeux. Ouf ! Sans attendre une seconde de plus, il fit volte-face et s’éloigna le plus rapidement possible de ce lieu maudit. Mais, au moment où il allait rentrer dans l’ascenseur, une petite voix lui murmura :
-Azkaban…
Pris de panique, il se retourna et renversa une femme minuscule. Il s’excusa à peine, se dépêchant de revenir sur ses pas, ce qui lui valu quelques commentaires sur les jeunes effrontés dans son genre. Il essaya de retrouver son calme. Après tout, il avait peut-être mal vu. Des femmes mal coiffées, il devait y en avoir partout. Tout doucement, il s’apprêta à jeter un coup d’œil dans le bureau.

Hermione regardait Neville et Luna. Non, Malefoy n’était pas une hallucination. Eux aussi l’avaient vu. Cela se voyait à l’air furieux du jeune homme et à l’air surpris de sa collègue. Elle réfléchit quelques secondes. Après tout, il était parti. Grand bien lui fasse ! Elle allait se replonger dans son dossier, comme si de rien était, quand son côté Gryffondor la rappela à l’ordre :
-Hermione, courage ! Tu vas affronter ce vile Serpentard et non fuir comme lui.
Avec lenteur et précaution, la jeune femme se rapprocha de la porte. Elle ne pu s’empêcher de serrer instinctivement sa baguette sous sa robe. Que la guerre soit finie ou non, un Malefoy restait un Malefoy. Plus que quelques centimètres la séparait de la porte. Alors, lentement, très lentement, elle se pencha pour jeter un œil dans le couloir.

Au même moment, exactement au même instant, Drago tendit le cou pour apercevoir le bureau.
-Malefoy ! s'écria-t-elle en reculant.
Le jeune homme se retint de justesse de faire la même chose. Heureusement, il parvint à garder son calme. Avec un aplomb qui l’étonna lui-même, il pénétra dans le bureau, passant devant la jeune fille comme si elle faisait office de portemanteau, ce qui indigna cette dernière au plus au point.
-Et bien je vois que tu n’as pas perdu tes airs de propriétaire ! lui asséna-t-elle.
Drago mourait d’envie de l’envoyer balader, mais il venait d’apercevoir Neville et Luna. En tant que Serpentard, il n’était pas assez fou pour la provoquer à un contre trois. Il se contenta de rétorquer :
-Et toi, ton caractère.
-Qu’est-ce que tu cherches au juste, Malefoy ?
-J’espérais que tu me le dises. Ce n’est pas moi qui ai demandé à venir ici…
-Parce que tu crois peut-être que j’ai souhaité ta présence ?
-Je ne suis pas naïf à ce point…
Folle de rage, Hermione le toisa de toute sa hauteur. Elle mourait de lui faire mal, mal comme jamais on ne le lui avait fait, à ce sale gosse pourri gâté, méprisant et hautain, avec ses idées d’un autre temps.
-Je ne pensais pas qu’une Anguille ait un jour le culot d’entrer au Ministère…
Drago du prendre sur lui pour ne pas craquer. Plus que tout, il haïssait ce surnom horrible, trouvé par Potter lui-même. Il répondit, sa rage difficilement contenue :
-Je ne suis pas une Anguille et si je suis ici, c’est parce que le ministère me l’a demandé !
Hermione eut un sourire cruel.
-Tiens, un point sensible, on dirait… Que veux-tu, un jour ou l’autre, notre passé nous rattrape.
Le jeune homme baissa les yeux, blessé. Dissimulant son ressentiment, affichant un air indifférent et méprisant, il releva la tête pour demander :
-Alors, je dois faire quoi ?
-On change de sujet ?
-Je n’ai pas de temps à perdre avec une…
Il se retint juste à temps.
-Une quoi ? Une Sang-de-bourbe ?
Drago essaya de se calmer. Il l’avait échappé belle. Une telle insulte ne pouvait lui apporter que des ennuis. Elle pouvait servir de preuve contre lui et l’envoyer tout droit à Azkaban. Il continua, comme si de rien était :
-Je n’ai pas de temps à perdre avec une pauvre fille dans ton genre, Granger.
Impitoyable, elle se moqua :
-Je croyais que tu n’étais pas une Anguille ?
Pour la seconde fois, le jeune homme préféra ne rien répondre et baissa les yeux. Il devrait faire plus attention à ne pas se trahir, s’il ne voulait pas retourner à Azkaban. Il prit à nouveau sur lui :
-Tu ne m’as toujours pas dit ce que je faisais ici.
La jeune femme eut un sourire. Si sa présence ici la répugnait, pour lui, ça allait être encore pire.
-Je sens que ça ne va pas te plaire, Malefoy…
-Pour que ça te face tant plaisir, je le crois aussi, remarqua-t-il avec lassitude.
Et il songea qu'après toutes ses années de pluie, il aurait bien mérité un peu de beau temps, lui aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elpilou
•Draymione Addict¤ Moderatrice
•Draymione Addict¤ Moderatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6530
Age : 31
Localisation : quelque part en train de torturer ryry....sous l'oeil attentif de draky
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Luthien Aldarion
Age:
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 5:30

pas mal pour un premier chapitre.... jaime beaucoup et ça change des fictions où hermione est préfète en chef et idem pour malfoy, relookage de hermy.... jaime vraiment beaucoup......

_________________
Silver Moon...
membre des vipères noires


http://dry-ray.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loulou081.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 5:50

Oui, moi aussi ça m'énerve quand Hermione se retrouve avec des mèches blondes et un joli piercing, juste en dessus de son tatouage... Ca casse un peu le personnage, je trouve. Pour les préfets en chef, je trouvais que c'était une bonne idée, mais le problème, c'est que c'est un peu trop classique et plus très original.
J'essaie de respecter les personnages, mais ce n'est pas toujours très facile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elpilou
•Draymione Addict¤ Moderatrice
•Draymione Addict¤ Moderatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6530
Age : 31
Localisation : quelque part en train de torturer ryry....sous l'oeil attentif de draky
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Luthien Aldarion
Age:
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 6:30

non mais franchement c'est trop bien ce que tu as fait... jattend ta suite Wink

_________________
Silver Moon...
membre des vipères noires


http://dry-ray.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loulou081.skyblog.com
Vania
Choisis ton rang rubrique (questions,problèmes)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1261
Age : 29
Localisation : bin a la bibliothéque!!!
Persos préférés : trop pour dire
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 7:53

Moi j'adore a quand la suite???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandeHP-monHP.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 9:22

Merci beaucoup! Je suis ravie que ça vous plaise. Je posterai la suite demain (j'essaierai de poster très souvent). Comme vous vous en doutez, le titre du chapitre sera... un proverbe^^ Je ne sais pas si j'en trouverai un pour chaque chapitre, mais j'aimerais bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tite Livi
Melle Sparrow version Slytherin


Féminin
Nombre de messages : 1753
Age : 27
Localisation : Au Manoir Malefoy, avec Drago
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 12 Juil - 11:20

J'aime beaucoup aussiiii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bestofdracohermy.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 2:23

Coucou^^
Comme promis, voici la suite.
J'ai hésité à la poster à la suite de mon premier message, mais je me suis dit que ce serait très vite lourd. Si vous préférez que j'édite mon premier message, dites le moi. Voilà, j'ai tout dit alors bonne lecture. Et j'espère que ça vous plaira!

Chapitre 2: Il n'y a pas de sot métier

Hermione le regarda, triomphante, avant d’annoncer :
-Tu es ici pour nous aider à défendre les droits des elfes de maison face à leur maître.
Drago resta silencieux, le temps de digérer cette information. Lui, Drago Malefoy, allait devoir obéir à une sang-de-bourbe et… défendre des elfes ! Pendant un an…
-C’est hors de question, protesta-t-il.
-Ne t’inquiète pas, la porte est grande ouverte.
Et la jeune femme le laissa planté là, debout au milieu de la pièce, et retourna s’asseoir à son bureau, sans plus lui prêter la moindre attention. Elle se replongea dans son sordide dossier, l’air indifférent, alors qu’elle bouillait intérieurement.
-Si tu préfères, tu peux faire autre chose…
C’était Luna qui avait pris la parole, la voix chantante. Drago se retourna vers elle et, pour la première fois depuis qu’il était arrivé, il la détailla. Elle portait l’uniforme réglementaire, mais c’était bien la seule chose de « normal » chez la jeune femme. Ses cheveux, d’un blond sale, emmêlés et très longs, encadraient son visage rêveur. Ses yeux protubérants le fixaient, sans ciller. Son regard s’attarda sur les radis qui pendaient mollement à ses oreilles, puis sur sa baguette qui était rangée derrière l’une d’elle. « Cette fille est totalement folle », conclut-il. Mais, il n’en restait pas moins que c’était la seule personne de ce bureau dont le regard n’était pas remplit d’animosité. Il décida donc de faire abstraction de son apparence le temps de trouver comment se tirer de cette situation… délicate.
-Comme quoi ?
-Je ne sais pas trop, murmura-t-elle.
Le jeune homme soupira. Le voilà bien avancé.
-Ranger les livres serait très utile, reprit-elle.
-Ranger les livres ?! s’indigna-t-il. Non mais, tu m’as pris pour qui ?
-Il n’y a pas de sot métier… siffla Hermione.
Drago la foudroya du regard.
-Qu’est ce que tu veux dire par là, Granger ?
-Ne me dis pas que notre merveilleux sang pur ne comprend pas un simple proverbe moldu.
Luna se leva, aérienne et, comme si de rien était, elle s’enquit :
-Alors, c’est d’accord ou pas ?
D’un bref signe de tête, Drago acquiesça. Lui, l’héritier des Malefoy allait se transformer en bibliothécaire pour le compte d’une Sang-de-bourbe. Cela lui faisait mal au cœur, mais il n’avait pas vraiment le choix. Et il n’avait pas dit son dernier mot… Il suivit alors Luna qui se dirigeait droit sur une étrange tapisserie. Elle représentait un elfe et un sorcier, le premier étant surélevé pour être à la hauteur du second. De toute évidence, elle avait été tissée par quelqu’un de moyennement doué pour la couture. Elle recouvrait un pan de mur, le seul qui n’était pas envahit par les livres. Le jeune homme comprit vite pourquoi : la tapisserie dissimilait une porte qui menait à une petite pièce annexe au bureau. Elle n’était pas très grande, mais paraissait encore plus minuscule du fait qu’elle était pleine à craquer. Tout au fond, une vielle armoire en fer semblait sur le point de s’écrouler, entourée par des dizaines et des dizaines d’énormes cartons. Luna lui expliqua :
-Prends un uniforme à Neville dans l’armoire en attendant d’aller commander le tient. Puis, tu déballes les cartons et tu ranges les livres par ordre alphabétique. On a dû arrêter à cause du trop grand nombre de dossiers qui demandaient à être traités. Mais le manque d’ouvrages nous gêne dans nos recherches.
-Le manque d’ouvrages ? railla Drago.
Mais la jeune fille était de toute évidence insensible à l’ironie. Comme si de rien était, elle expliqua :
-La législation de protection des elfes est très récente et incomplète. Donc, il n’y a pas d’antécédent mais de nombreuses failles. Le problème, c’est que le nombre de dossiers se multiplie sans cesse et qu’il nous faut rendre des jugements. On s’appuie donc sur d’autres textes de lois, qui appartiennent à d’autres domaines. Comme tu le vois, ils sont très nombreux.
Drago soupira. Il n’avait pas fini. L’étrange phrase d’Hermione lui revint. « Il n’y a pas de sot métier ». Il se promit de tirer tout ça au clair, le plus tôt possible. Et il se promit aussi d’avoir le dernier mot. Il la piégerait. Il ne savait ni quand, ni comment, mais il la piégerait.
-Et je les range où ? attaqua-t-il en se tirant de ses pensées. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, il n’y a plus de place.
-Mais si voyons, il en reste plein. Regarde.
Joignant le geste à la parole, elle tira sa baguette de derrière son oreille et ouvrit un des cartons grâce à un sort de découpage. Puis, elle la pointa sur un énorme ouvrage et le fit léviter, sans le moindre effort, jusqu’à l’une des bibliothèques du bureau, en commentant :
-Hermione a eu l’idée d’ensorceler les rayons. Tu vas voir, c’est incroyable.
Se sentant observé, le jeune homme afficha une moue sceptique. Mais, il eut du mal à ne pas avoir l’air surpris lorsque le volume du livre diminua pour aller ce placer dans le minuscule espace qu’il restait. Et il ne pu retenir un sursaut quand il le vu reprendre une taille plus appropriée comme si… comme si tous les livres s’étaient un peu plus serrés pour lui faire de la place.
-Tu n’as rien à faire, reprit Luna. Les livres se réduisent d’eux-mêmes quand tu les insères dans la bibliothèque. C’est un sort très difficile à lancer, tu sais ?
Il se tourna vers Hermione qui se tenait immobile penchée sur son dossier. Mais son regard fixe, ses joues un peu rouges et son sourire mal réprimé la trahissaient.
-Tu es fière de toi, Granger ?
La jeune fille se redressa de toute sa hauteur et le regard flamboyant, elle lui asséna :
-Oui, moi, j’ai fait des choses dont je peux être fière.
Drago ragea intérieurement. Si elle pensait avoir le dessus sur lui, elle se trompait lourdement. Mais, en bon Serpentard, il préférait la ruse au corps à corps. Il se contenta d’un sourire mauvais, avant de se mettre au travail.

La jeune femme relisait pour la quinzième fois la même phrase. Mais rien à faire, elle n’en saisissait pas le sens. Les allées et venue de Malefoy, qui passait d’une pièce à l’autre, la gênaient. Un an avec lui… Elle sentit la colère montée en elle. Pourquoi lui ? Pourquoi elle ? Elle poussa un profond soupir. Au moins, elle était en position de force. Mais cela ne la rassurait guère. Elle savait que Malefoy parviendrait à équilibrer la situation. Il l’avait déjà fait par le passé et elle ne voyait pas ce qui pourrait l’empêcher de recommencer. Ce fut donc avec soulagement qu’elle accueillit sa pause déjeuner.
-Retour à 13h30, lança-t-elle froidement à Malefoy, avant de sortir de la salle, suivie de ses deux collègues.
Une fois seul, le jeune homme soupira. Il avait très peu de temps pour trouver quelque chose sur Granger. Quelque chose qui jouerait en sa faveur. Quelque chose qui pourrait retourner la situation. C’était primordial s’il ne voulait pas retourner à Azkaban. Parce que, et il en était sûr, jamais Granger ne lui sauverait jamais la mise. A la fin de son année d’essai, elle ferait un rapport catastrophique sur lui… Oui, il fallait qu’il trouve un moyen pour s’en sortir. Et ce moyen, c’était le chantage. Sans attendre une seconde de plus, il jeta un œil dans le couloir pour vérifier qu’ils étaient bien partis, il ferma la porte et il commença à fouiller le bureau de la jeune femme.

Luna s’arrêta brusquement.
-Attendez-moi là, je reviens, leur murmura-t-elle.
Neville et Hermione la regardèrent revenir sur ses pas. Le jeune homme laissa échapper un profond soupir. Cette fille là était trop bien pour lui. Comme toutes les autres… Hermione lisait sur le visage de son ami comme dans un livre ouvert et elle décida de profiter de la courte absence de sa collègue pour prendre les choses en main.
-Dis-moi, Neville, tu manges où ce midi ?
-A la cafétéria du ministère. Avec vous, comme d’habitude, répondit le jeune homme surpris. De toute évidence, elle ne voyait pas où elle voulait en venir. Elle ajouta, comme si de rien était :
-Tu pourrais peut-être inviter Luna à aller quelque part… Je connais un petit coin sympa…
Neville la regarda ahurit. Un peu hésitant, il demanda :
-Tu penses qu’elle acceptera ?
Hermione lui souffla, sur le ton de la confidence :
-Plus que ça… J’en suis sûre !

Drago sursauta. Il referma en vitesse le tiroir dans lequel il était en train de fouiller. Heureusement, ce n’était que Loufoca. Elle lui sourit.
-Tu ne manges pas ?
-Euh… Pas très faim…
Il en profita pour s’asseoir négligemment sur le bureau, l’air de rien. Luna lui sourit et récupéra l’exemplaire du Chicaneur qu’elle avait oublié, avant de sortir.
-Heureusement que cette fille est totalement à côté de la plaque, soupira Drago dans un murmure, soulagé.
Au même moment, la porte se rouvrit, laissant passer la tête de la jeune femme.
-Au fait, bon fouinage !
Et elle partit pour de bon.

Neville se tordait les mains, plus nerveux qu’il ne l’avait été depuis des mois. Sa gêne s’accentua encore lorsqu’il vit son amie revenir.
-On y va ? proposa-t-elle.
Hermione donna un discret coup de coude au jeune homme. Mais cela ne l’empêcha pas de répondre :
-Euh… Oui, allons-y.
L’ancienne Gryffondor soupira, exaspérée. Neville était décidément trop timide. Et ils descendirent tous les trois à la cafétéria. Mais au dernier moment, et contre toute attente, le jeune homme se décida :
-Ecoute, Luna… Si tu veux, on pourrait aller quelque part… Je veux dire, aller manger quelque chose…
Puis, comme s’il était surpris par sa propre audace, il rougit et bégaya :
-Enfin… Si tu en as envie, bien sûr…
La jeune fille sursauta et regarda autour d’elle comme pour s’assurer que Neville s’adressait bien à elle. Quand elle en fut convaincue, un immense sourire éclaira son visage.
-Ca me plairait beaucoup, affirma-t-elle avec une telle sincérité qu’Hermione eut envie de l’embrasser : avec ça, Neville n’aurait plus aucune raison de douter de lui.
Le jeune homme sourit, visiblement soulagé. Un peu gauche, il se tourna vers Hermione et lui fit un clin d’œil peu discret.
-Et bien, on te laisse. A tout à l’heure.
-Prenez votre temps. Je n’en ferais pas une maladie si vous avez du retard.
Ils commencèrent à s’éloigner quand Luna se souvint de quelque chose.
-Au fait, Hermione, ta nouvelle recrue…
L’intéressée leva un sourcil, s’attendant au pire.
-Elle a décidé de ne pas manger et de faire des heures sup’.

Comme à son habitude, Hermione se servit copieusement de tout, sous les regards mi-envieux, mi-scandalisés de la plupart de ses collègues féminines. Il paraissait que Harry Potter adorait les filles plutôt minces… Alors depuis qu’il travaillait au Ministère comme auror, la moitié des jeunes femmes qui y étaient employées frisaient l’anorexie. Le menu « diététique », qui suffisait à peine à nourrir un moineau, avait soudainement connu une popularité inégalée. Malheureusement, pour elles, ce n’était qu’une rumeur et, en plus, Harry n’avait d’yeux que pour Ginny.
Elle se dirigea vers leur table habituelle où Ron était déjà en train de se goinfrer sous l’œil agacé de sa sœur.
-Salut la compagnie ! salua-t-elle comme si sa matinée avait été on ne peut plus normale.
Elle reçut une réponse haute et intelligible de Ginny, mais Ron ne pu que marmonner un « ‘lut ‘Mione » sous peine de recracher l’incroyable quantité de nourriture qu’il avait réussi à enfourner dans sa bouche.
-Où est Harry ?
-Il ne devrait pas tarder, éluda Ginny. Mais dis moi, ajouta-t-elle sur le ton de la confidence, comment ça se passe avec l’autre ? Il s’est montré correct ?
Si elle voulait piquer la curiosité de son frère, c’était chose faite… Au prix d’un énorme effort, il parvint à avaler le contenu de sa bouche pour demander :
-Qui ça, l’autre ? Qu’est-ce qui se passe ? Un problème ?
Mais avant qu’Hermione ne puisse répondre, un plateau se posa à côté du sien. Elle leva les yeux pour croiser le regard anxieux d’Harry.
-Comment ça va ? Il ne t’a pas posé de problèmes ? On va aller le voir, juste au cas où il lui prendrait l’envie de…
Il laissa sa phrase en suspens.
-Est-ce que quelqu’un va enfin me mettre au courant de ce qu’il se passe ici ? s’énerva Ron.
Hermione inspira un grand coup. Prudemment, elle lui annonça :
-J’ai enfin obtenu un nouvel employé pour m’aider. Mais c’est une Anguille. Et c’est Drago Malefoy…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elpilou
•Draymione Addict¤ Moderatrice
•Draymione Addict¤ Moderatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6530
Age : 31
Localisation : quelque part en train de torturer ryry....sous l'oeil attentif de draky
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Luthien Aldarion
Age:
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 2:38

pas mal... jadore vraiment ça.... et puis luna toujours aussi.... comment dire.... elle-même... je l'aodre cette fille.... mais par contre j'adore vraiment .. va y avoir combien de chapitre en tout????

_________________
Silver Moon...
membre des vipères noires


http://dry-ray.skyblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loulou081.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 2:54

Houlà! Pour l'instant, dix sont écris. On va dire que je ne peux pas dire. Je connais déjà le déroulement de mon histoire, mais combien ça fait en chapitres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura
¤Draymione Addict Administratrice
¤Draymione Addict            Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15607
Age : 26
Persos préférés : Hermione bien sûr :p
Date d'inscription : 22/04/2006

Feuille de personnage
Nom/prénom: Hitsugaya Sakura
Age: 15 ans
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 3:21

Oooh j'adore ta fic, je la suis sur poudlard.org sous le pseudo de Loona8 Very Happy

_________________


~Gryffondor~
Petite soeur d'une serpy gryffondoresque : Lyzz

Saki qui aime Jun qui aime Heiji Qui n'aime que lui même...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sushi-powa.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 4:20

Ah, comme on se retrouve! Alors tu as déjà un peu d'avance au niveau de l'histoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vania
Choisis ton rang rubrique (questions,problèmes)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1261
Age : 29
Localisation : bin a la bibliothéque!!!
Persos préférés : trop pour dire
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Ven 13 Juil - 11:48

J'addoorree
a quand la suite??

luna est toujours elle-meme et les autres perso aussi d'ailleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandeHP-monHP.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Sam 14 Juil - 3:15

Merci à tous!
Et bien, voici la suite:

Chapitre 3: Un homme averti en vaut deux

Drago commençait à paniquer. Luna l’avait surpris ce qui signifiait que Granger allait être au courant d’ici… très peu de temps. Elle allait alors rappliquer et ce serait très mauvais pour lui. En tout cas, ça ne jouait pas en sa faveur. Et dire que le matin même, il pensait encore avoir toutes ses chances d’échapper à Azkaban. Alors que maintenant, il avait Granger comme chef ! Avec ça, il n’avait presque aucune chance de s’en sortir. Décidément, on s’acharnait sur lui, comme s’il n’avait pas encore assez payé ses erreurs passées. Il soupira, désespéré. Jusque là, il s’en était toujours sortit. Mais, cette fois-ci, il ne voyait pas d’issue. Il regarda le bureau de Granger. Il pouvait continuer à le fouiller mais le peu qu’il avait trouvé ne concernait que le travail. Elle n’avait pas changé… Non, il avait très peu de chance de trouver quoique ce soit d’intéressant, cette fille n’avait probablement aucune vie privée. Il devrait trouver autre chose. Inutile de prendre le risque de se faire surprendre en flagrant délit une seconde fois. La mine sombre, il se remit à son travail, faisant léviter les énormes volumes vers les bibliothèques. Au moins, quand Granger reviendrait, il aurait bien avancé. Et avec une accroc au travail pareille, ce serait un bon argument.

Hermione regardait Ron inquiète. Elle ne l’avait pas vu aussi rouge depuis la fois où elle avait osé dire que la victoire des Canons de Chudley n’était due qu’à la partialité de l’arbitre. Et elle était bien placée pour savoir qu’une telle couleur ne présageait rien de bon.
-Tu as raison, Harry, finit-il par répondre. Une petite visite à notre vieil ami s’impose.
Harry approuva :
-Un homme avertit en vaut deux.
-Je ne crois pas que ce soit une bonne idée.
C’était Ginny qui avait parlé, la voix un peu tendue mais le regard ferme.
-Et on peu savoir pourquoi ? s’offusqua Ron. Tu ne nous crois pas capable de lui faire face ?
Sa sœur soupira.
-Je n’ai jamais dit une chose pareille, Ron. Vous valez mille fois mieux que lui, et encore je suis gentille. Mais, qu’on le veuille ou non, il devra travailler pour Hermione pendant un an. Inutile que vous alliez envenimer les choses.
-Tu veux qu’on laisse Hermione face à ce… à cette…
Visiblement, Ron ne trouvait pas d’insulte suffisante pour qualifier Malefoy. Hermione profita de ce moment de répit pour tirer son épingle du jeu.
-Tu ne me crois pas capable de lui faire face ? s’indigna-t-elle, faussement.
Ron mit quelques secondes à reconnaître sa propre phrase dans la bouche de son amie.
-Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire, maugréa-t-il, un peu vexé.
-Moi non plus ! triompha Ginny.
Les quatre amis éclatèrent de rire. Harry fut le premier à se calmer.
-Qu’en penses-tu, Hermione ? Après tout, c’est à toi de choisir.
-C’est plutôt à Malefoy que tu devrais proposer de l’aide. Je ne vais en faire qu’une bouchée !

Drago n’en pouvait plus. Non seulement répéter toujours les mêmes gestes l’exaspérait, mais en plus il n’était pas très rassuré vis-à-vis de la réaction de Granger à son retour. Normalement, on ne pouvait pas mettre un terme à une mise à l’épreuve avant la fin de l’année d’essai. Mais, elle avait beaucoup de relations… Il fut un temps où c’était son père qui pouvait passer outre certaines contraintes. Mais ce temps était révolu et, aujourd’hui, le fait que certaines personnes bénéficient d’avantages le révoltait. Il percevait cela comme une cuisante injustice. D’un autre côté, Granger était loyale et il était sûr qu’elle était le type même de l’idiote qui préférait ne pas bénéficier de ces privilèges plutôt que d’en profitée aux dépends des autres. Si elle lui laissait plus de temps, il pourrait sans conteste trouver un moyen d’échapper à Azkaban. En attendant, il fallait qu’il se rende indispensable. Et avec encore plus d’acharnement, il entrepris de s’attaquer au deuxième carton.

-Au fait, où sont Luna et Neville ?
Hermione sourit. Elle n’avait pas encore raconté à ses amis comment elle avait joué à Cupidon avec tout « ça ». Elle se retourna vers Ginny, pour lui répondre, l’air de rien :
-Oh, Neville l’a invité au restaurant…
Harry se moqua gentiment :
-Et tu veux nous faire croire qu’il a fait ça tout seul ?
La jeune femme, heureuse que la conversation s’éloigne enfin de Malefoy, expliqua :
-Je n’ai presque rien fait. Neville en avait envi depuis longtemps, mais il n’osait pas. Je lui ai juste dit qu’elle serait heureuse d’aller manger en sa compagnie dans un endroit sympa que je connaissais
-Ce que j’aime, moi, répliqua Ron, c’est le « juste ».
Il se prit un petit coup de coude pour sa remarque injustifiée. Malheureusement, l’intermède fut vite épuisé et la conversation se réorienta vers un sujet beaucoup moins gai.
-Et qu’est ce qu’il fait, là, l’autre ? grogna Ron.
-Luna m’a dit qu’il était resté au bureau, continuer son travail, expliqua Hermione, qui avait parfaitement saisit de quoi (ou plutôt de qui) il parlait.
-Depuis quand Malefoy s’occupe-t-il du bien des elfes de maison ? s’étonna Harry.
-Oh, rassure-toi : il n’en a strictement rien à faire. Il est là histoire de prouver qu’il est réellement de notre côté, mais il refuse purement et simplement de prendre part à leur défense. A la place, il range les livres.
-Et bien, siffla Ron, il ne manque pas de culot. Mais ça doit valoir le coup d’œil ! Je passerai te voir un de ces jours…
-Ron, soupira Hermione, tu es irrécupérable.
L'intéressé gromela quelque chose qui ressemblait fort à "avec toi, on ne peut jamais s'amuser", mais la jeune femme préféra faire celle qui n'avait rien entendu.
-Et il se comporte comment avec toi ? s’inquiéta Ginny.
-Comme quelqu’un qui est obligé de se tenir à carreau. Mais parlons d’autre chose.
Voyant que Harry allait encore ajouter quelque chose, elle lui coupa l’herbe sous le pied.
-S’il y a le moindre problème, vous serez les premiers au courant. Je vous assure.
Et le déjeuner s’acheva dans un calme relatif, avant que chacun ne reparte vers ses occupations respectives.

Un hibou s’engouffra dans le bureau. Drago détacha le parchemin de la patte du volatil avant de le regarder s’éloigner à tire-d’aile. Merlin, comme il aimerait faire comme lui… Son attention se reporta vers la lettre. Elle était au nom de Granger. Il tendit la main pour la déposer sur son bureau quand les battements de son cœur s’accélérèrent. Et si… Et si c’était ce dont il avait besoin… Un renseignement… N’importe quoi qui puisse lui être d’une quelconque utilité pour faire pression sur sa "patronne". Sans plus attendre, il déplia le parchemin, les gestes fébriles et commença sa lecture.
« Chère Hermione,
Je te remercie de ton aide. Grâce à toi, je suis enfin avec Luna. Je sais que tu ne verras aucun inconvénient à ce qu’on s’absente cette après-midi, mais la moindre des choses est quand même de te prévenir. Je passerai ce soir chercher quelques dossiers avec Luna afin que tu n’ais pas trop de retard.
Encore merci pour tout,
Neville ».
Drago soupira. Rien d’intéressant. Il lui faudrait autre chose…
-Je te dérange peut-être, Malefoy ?

Hermione se tenait dans l’encadrement de la porte, furieuse.
-Je ne crois pas t’avoir autorisé à lire ma correspondance privée.
Rapidement, Drago reprit contenance :
-En effet. Mais rassure-toi, cette lettre est strictement professionnelle.
-Elle aurait pu ne pas l’être !
-Te connaissant, j’en doute…
La jeune femme frémit de colère. Elle se rapprocha dangereusement du jeune homme.
-Justement, Malefoy, siffla-t-elle, tu ne me connais pas !
-Mais toi non plus.
-Oh si ! Je sais énormément de choses sur toi ! Et je sais à qui j’ai affaire. Je me souviens de tout… De la façon dont tu nous as insulté toutes ses années ! Ta haine pour ceux qui ne sont pas des Sangs purs ! Ta méchanceté ! Ta lâcheté !
-Tais-toi !
-Tiens, tu ne supportes pas de voir la vérité en face ? Il faut peut-être que je te rappelle tes « exploits » lors de notre sixième année ?
-Je t’ai dit de te taire !
-Les Mangemorts dans Poudlard ! éructa Hermione, tremblante de rage. La mort de Dumbledore ! Par ta faute…
-Je n’ai l’ai pas tué !
-Sans toi, il serait toujours en vie et la guerre aurait été beaucoup plus facile ! Nous aurions vu beaucoup moins de nos amis mourir.
Drago n’en pouvait plus. Il leva sa baguette vers elle, la main tremblante.
-Tu ne sais pas de quoi tu parles ! Encore un mot et je…
Il se tu, surpris Granger souriait. Presque immédiatement, il sentit une baguette appuyée sur son cou.
-Ca va, Hermione ?
La jeune fille acquiesça. Lentement, Drago se retourna. Génial! Potter ! Il ne manquait plus que lui. Mollement, il abaissa sa baguette.
-Je te conseille de ne pas recommencer, Malefoy. Sinon, je m’arrange personnellement pour te trouver une cellule à Azkaban, entre Papa et Maman.
-Potter ! Que me vaut cette agréable visite ?
-Oh, rien de spécial. Je voulais juste m’assurer que tu savais à quoi t’en tenir si tu t’avisais d’approcher un seul cheveu d’Hermione.
D’un geste rageur, Drago se dégagea.
-Ecoute-moi bien, Potter. Tu ferais mieux de ne pas oublier le passé. Si je n’avais pas été là…
-Malheureusement pour toi, répliqua Harry d’une voix étrangement calme, une seule bonne action ne suffit pas à rattraper toutes tes erreurs.
-Sans moi, vous seriez tous morts !
-Sans moi, tu serais à Azkaban.
Hermione contemplait l’étrange échange un peu troublée. Malefoy perdait totalement son sang froid alors qu’Harry restait parfaitement calme.
-Tu as fait de moi une Anguille ! Est-ce tellement mieux qu’Azkaban ?
-Tu es une Anguille, sans que je n’ais eu quoique ce soit à faire. Tu as changé de camps au tout dernier moment, Malefoy. Tu es un adepte de la magie noire. Tu adhères à la théorie de la supériorité des Sangs purs.
-C’est moi qui t’ai sauvé ! Je t’ai guidé !
-Et en échange, je t’ai évité Azkaban. J’ai payé ma dette.
Drago abandonna. Cet échange l’avait ébranlé alors que Potter ne laissait rien transparaître. Forcément, ce n’est pas lui qui avait tout perdu…
-Tu es averti, Malefoy. Je ne te prends pas en traître. Si Hermione juge que tu ne t’es pas repenti, tu seras envoyé à Azkaban pour dix ans. Mais si je te vois la menacer, ne serait-ce qu’une seule fois à partir de maintenant, je m’occupe personnellement de ton cas. Et crois-moi, je m’arrangerai pour que plus jamais tu ne voies la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vania
Choisis ton rang rubrique (questions,problèmes)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1261
Age : 29
Localisation : bin a la bibliothéque!!!
Persos préférés : trop pour dire
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Sam 14 Juil - 3:27

C'est magnifique
Personnellement je voudrais bien savoir ce qui c'est passé et de quoi parle notre cher Drago et Harry!
Enfin franchement je trouvec ça génial original!
Et ca ne change pas bcp la caractére des perso ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandeHP-monHP.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 15 Juil - 1:55

J'en profite pour poster plusieurs chapitres d'un coup avant de partir en vacances pour une courte durée. Voilà, j'espère que ça vous plaira et bonne lecture.

Chapitre 4 : L’exception qui confirme la règle

Drago sortit du bureau sans se retourner, le pas rageur, laissant seuls Potter et Granger. Après tout, il n’avait pas pris de pause déjeuner, alors il pouvait bien s’accorder un moment de répit. Il reviendrait quand Potter aurait enfin décidé de trimballer sa grosse tête ailleurs. Il l’avait rarement autant haït qu’à cet instant. Il pouvait le menacer en toute impunité. Il soupira. Décidément, le sort s’acharnait sur lui. Il ne voyait toujours pas comment échapper à Azkaban. Et avec ce qu’il venait de se passer, il n’y avait aucun doute : Granger allait se faire un plaisir de se venger. Dix ans ! Il préférait encore mourir. Il se jura une fois de plus, solennellement, qu’il ne retournerait pas à Azkaban. Juste pour se donner encore un peu de courage. Il valait qu’il trouve une solution et le plus tôt serait le mieux.

-Harry ! Je croyais avoir précisé que je voulais me débrouiller toute seule !
-Tu étais en mauvaise posture ! Tu ne peux quand même pas me demander de fermer les yeux alors qu’il allait t’attaquer !
La jeune femme soupira profondément. Elle nuança :
-Je te suis reconnaissante d’être intervenu. Mais ce n’était pas la peine d’en faire autant.
-Je ne vois pas de quoi tu parles, mentit Harry, avec un sourire innocent.
- « Je voulais juste m’assurer que tu savais à quoi t’en tenir si tu t’avisais d’approcher un seul cheveu d’Hermione », imita-t-elle à la perfection, en levant les yeux au ciel. Harry ! On se croirait dans un vieux film moldu !
L’intéressé sourit. Elle n’avait pas totalement tort. Mais bon, hors de question de l’admettre.
-Et sinon, toujours autant de travail ? tenta-t-il, l’air de rien.
-Harry, si tu crois que tu vas t’en tirer comme ça ! N’essaie pas de changer de sujet…
Il grimaça :
-Ok, je m’excuse…
Et il ajouta, moqueur :
-La prochaine fois, j’attendrai un peu plus avant d’agir. Histoire de voir comment tu comptais t’en sortir…
-Tu es irrécupérable, lui reprocha-t-elle, souriant malgré elle.
-Peut être. Mais je peux te demander quelque chose ?
-Vas-y, accepta-t-elle un peu surprise.
-Que s’est-il passé pour qu’il s’en prenne à toi comme ça ?
Aussitôt, la colère s’insinua dans les veines de la jeune fille. Elle avait oublié !
-Mon courrier ! éructa-t-elle. Il a lu mon courrier ! Et en plus, il s’est fichu de moi. Il a insinué que ma vie privée était inexistante !
Le jeune homme sourit :
-Il n’est pas gêné, en effet. Et moi qui pensait que…
Il se tu brusquement, comme s’il regrettait ses paroles, ce qui n’échappa pas à son amie, observatrice.
-Tu pensais que quoi ? s’enquit-elle, intéressée.
Harry évalua les solutions qui s’offraient à lui. Il n’arriverait pas à la faire changer de sujet et elle le harcèlerait jusqu’à ce qu’il avoue enfin. Alors autant la mettre au courant. Un peu penaud, il expliqua :
-Et bien… Je m’attendais à ce qu’il tente le tout pour le tout pour sauver sa peau.
-C’est-à-dire ? grogna-t-elle, menaçante en voyant où il voulait en venir.
-Comme essayer de te séduire, histoire de s’attirer tes bonnes faveurs…
La jeune fille resta impassible quelques instants, puis elle explosa de rire
-Malefoy, me séduire ? Moi ? Tu es totalement à côté de la plaque !
Un peu vexé, le jeune homme se défendit :
-Hé ! Ron aussi était d’accord avec moi ! On en a discuté après le déjeuner et c’est pour ça que j’étais là, à l’origine. Et avoue que ça aurait été plausible : pendant un an, il jouait le jeu et une fois la menace d’Azkaban enlevée…
Il laissa sa phrase en suspens.
-Tu te trompes totalement. Et tu me crois assez idiote pour m’enticher de Malefoy ? Je le répugne peut être, mais moi, je le hais profondément.
-Il est peut être prêt à tout pour échapper à Azkaban.
-Parce qu’il faut être prêt à tout pour sortir avec moi peut-être ?
Le jeune homme sourit, s’abstenant de toute réponse, ce qui lui valu un bon coup de coude de la jeune femme outragée.
-Et alors, que vas-tu faire ? se renseigna-t-il plus sérieusement.
-Pour Malefoy ?
-Non, pour le Ronflac Cornu…
-Je ne sais pas, éluda-t-elle.
Elle se tu quelques secondes, plongée dans ses pensées, puis elle ajouta :
-J’ai tellement peur de me tromper.
Harry s’assit sur le bord de son bureau. Elle leva les yeux vers lui. Il la comprenait et cette certitude la poussa à se confier :
-Je le déteste tellement… Je n’ai qu’une envie : le renvoyer à sa place, auprès de ses chers parents. Et pourtant… Si je me laissais aveugler par la haine ? Si je faisais le mauvais choix ? Si je gâchais sa vie juste pour me venger? C’est une grande responsabilité. J’ai son destin entre mes mains. J’ai peur de faire une erreur. De céder à la tentation de le voir croupir à Azkaban.
Harry posa une main réconfortante sur son épaule. Elle leva le regard vers lui.
-C’est injuste. Il n’aurait pas du tomber sur moi. Je n’ai aucune impartialité. Et pourtant, je dois faire un choix.
Harry sentait qu’il devait la conseiller. Mais que dire ? Elle avait raison. Malefoy était détestable, mais il avait le droit à une seconde chance, comme toutes les Anguilles. Et la sienne n’était pas équitable. Il expliqua, prudemment :
-Tu sais, dix ans à Azkaban, ce n’est pas trop cher payé pour tout ce qu’il a fait. Alors, ce ne sera pas vraiment une injustice. En fin de compte, je trouve même que dix ans, c’est assez clément.
-Il nous a aidé… Vraiment, Harry. Tu le sais mieux que moi.
-Je ne sais pas. Il nous a sauvé la mise, c’est indéniable. Mais, il a été élevé comme un Mangemort. C’est trop tard, il ne pourra plus changer. J’ai vu beaucoup de cas comme lui. Regarde Zabini. Il a reçu la même éducation que Malefoy. Et pour venger la capture de ses parents, il a torturé un couple de moldus. On ne peut rien n’y faire. Tu ne peux pas changer les gens.
-Je sais, soupira Hermione. Mais je n’ai pas l’impression que Malefoy soit dans le même cas que lui.
-Non, Malefoy est trop lâche pour tuer.
-C’est ce que je pense aussi. Mais parfois… Comment dire ? J’ai une autre impression. Il nous a aidé contre toute attente. Alors qu’il avait tout à perdre et rien à gagner. Ce n’est pas de la lâcheté et c’est même du courage. Je ne sais pas comment l’expliquer. Cette nuit-là, il a agit contre toute logique. Comme s’il… Comme s’il s’était sacrifié.
Harry resta silencieux. Il ne voulait pas l’avouer à son amie, de peur de semer encore plus le trouble en elle, mais il y avait déjà réfléchit. Pourquoi Malefoy les avait-il aidé ? Durant ses nuits d’insomnie, peu après la victoire, torturé par les horreurs de la guerre, il avait tourné et retourné cette question dans sa tête. Sans y trouver la moindre ébauche de réponse.
-Je pense qu’il y a autre chose, Harry, rétorqua Hermione. J’ai peur de me tromper et… Et si c’était l’exception qui confirme la règle ? Tu vois ce que je veux dire ? C’est possible, mais en même temps, c’est tellement…
Elle n’acheva pas sa phrase, un peu perturbée.
-Quelque soit ton choix, Hermione, je sais que tu ne te tromperas pas. J’ai confiance en toi.
Hermione fut parcourue d’un long frisson. Oui, c’était bien ça le problème. On avait confiance en elle. On comptait sur elle. Elle devait prendre une décision de la plus haute importance. Et elle avait tellement peur de se tromper, de décevoir. Une énorme responsabilité pesait sur ses épaules. La vie d’un homme.

Drago regarda sa montre. Il était parti depuis déjà quelques temps. Il était temps de faire marche arrière. Il ne voulait pas donner à ses ennemis une raison de se débarrasser de lui plus tôt que prévu. Las, il quitta son refuge improvisé au département des jeux et sports magiques, et se dirigea lentement vers le Tribunal de l’Egalité. Potter devait être parti. Il avait bien d’autres occupations que de lui pourrir la vie, quand même… A moins qu’il ne décide d’élire domicile à son nouveau travail. Il en était bien capable, le connaissant. Sans compter que Weasley n’allait pas tarder à se ramener lui aussi. Drago était sûr qu’il ne résisterait pas à la tentation de venir le narguer. Il soupira. Son désespoir s’accentua lorsqu’il s’approcha du bureau n°16. Des bruits de voix lui parvenaient et Granger ne parlait pas (encore) toute seule.
-…confiance en toi.
La voix de Potter ! Il était encore là. Immédiatement, Drago fit demi-tour. Et puis, il se ressaisit : un Malefoy ne fuit pas. La tête haute, il pénétra dans le bureau. Potter se retourna et le jeune homme en profita pour le toiser froidement.
-Si tu as besoin de quoique ce soit, tu sais où me trouver, conclut Potter.
Il amorça sa sortie, mais il s’arrêta au niveau de Drago pour lui souffler, menaçant :
-Tu es prévenu, Malefoy… Alors tiens-toi à carreau.
Et il disparu dans le couloir, plus ébranlé par cette discussion qu’il ne le laissait paraître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 15 Juil - 1:56

[Obligée de double-poster, limite autorisée dépassé]

Chapitre 5 : C’est en forgeant qu’on devient forgeron

Hermione resta immobile, fixant son nouvel employé avec un peu d’appréhension. Il n’y aurait pas toujours Harry pour lui sauver la mise. Et c’était à elle, et personne d’autre, de rendre un jugement sur Malefoy. Sans lui prêter la moindre attention, il recommença son travail, ouvrant un carton pour en ranger les livres. Jouant l’indifférente, elle est s’intéressa à la lettre qu’elle avait reçu un peu plus tôt et qu’elle n’avait toujours pas pu lire, encore furieuse de l’indiscrétion de Malefoy. Un franc sourire éclaira son visage. Neville et Luna allait passer l’après-midi ensemble ! Excellente chose ! Elle leur devait bien ça. Le moral un peu plus haut, elle attaqua son dossier qu’elle n’avait toujours pas bouclé. Mais le silence pesant et rempli d’animosité la gênait. Elle lui demanda, plus pour le forcer à sortir de son mutisme hautain que par curiosité :
-Tu en as déballé combien, Malefoy ?
-C’est mon quatrième.
La jeune femme sursauta. Quatrième ? En si peu de temps ? Sans le moindre commentaire, elle se replongea dans sa sordide affaire. Elle eut le temps de voir un fin sourire s’étirer sur le visage de Malefoy, mais elle fit celle qui n’avait rien remarqué. Malheureusement, si elle arrivait à maintenir les apparences, son travail, lui, s’en ressentait. Voilà que maintenant qu’elle avait de l’aide, le travail allait avancer trois fois moins vite ! Avec un soupir d’impuissance, elle essaya de saisir le sens des mots qui couraient sous ses yeux.

Drago souriait, fier de lui. Finalement, se priver de pause déjeunée avait eu du bon… Au moins, il l’avait impressionné. Et vu que c’était Granger, l’acharnée du travail, c’était un exploit. De plus, apparament, Luna n’avait rien dit Granger sur son indiscrétion. Peut-être n’avait-elle pas eu le temps, mais il avait un bon pressentiment. Un peu comme si il pouvait compter sur elle pour le couvrir. Bien sûr, Granger l’avait surpris à lire sa lettre, mais on ne pouvait pas tout avoir… Le silence se réinstalla, entrecoupée par les profonds soupires de sa « patronne ». Etait-elle exaspérée par sa présence ? Certainement, mais il voulu quand même s’en assurer :
-Furieuse de te retrouver seule avec moi, Granger ?
-Hum…
-Je considère ça comme un oui…
-De toutes les façons, je vais devoir m’y faire.
-Pourquoi ? Ca leur arrive souvent de te laisser seule ?
Hermione poussa un profond soupir. Non seulement, il la gênait dans son travail, mais en plus, il n’avait rien compris
-Luna et Neville ne sont pas vraiment mes collègues. Ils contrôlent au hasard et à l’improviste tous ceux qui ont des elfes afin de vérifier que les lois sont respectées. Sauf les lundis, où ils préfèrent venir m’aider parce que je suis débordée. Ca me soulage après le week-end où les dossiers se sont accumulés.
-Et pourquoi font-ils une chose pareille ?!
-Parce que eux, Malefoy, savent rendre service ! Ils le font par amitié et par conviction.
Drago allait répliquer vertement quand il se souvint qu’il n’avait pas encore trouvé comment échapper à Azkaban. Il préféra donc se taire et continuer son rangement.

Hermione mit son dossier sur le côté. Elle n’arriverait pas à travailler, alors autant gagner du temps ailleurs.
-C’est bon, Malefoy. On va passer à autre chose.
-Tu as vu le nombre de livres qu’il reste ? J’ai déjà assez à faire !
La jeune femme ferma les yeux et compta jusqu’à dix, le temps de se calmer. Malheureusement, elle n’en était qu’à six lorsque Malefoy s’écria :
-Hou hou ! Granger ! Tu dors ?
-Non. Je cauchemarde.
Il allait répliquer, mais elle l’en empêcha :
-Je vais te former. Tu ne vas pas passer ton année à ranger des livres !
-Granger, je vais être plus clair, soupira-t-il, déterminé. Je ne range pas des livres parce que c’est ma grande passion. Je range les livres parce que je n’ai aucune envie de m’occuper de la vie des elfes de maison.
Hermione le toisa.
-Ecoute-moi bien, Malefoy ! Malheureusement pour toi, c’est moi qui décide. Et moi, je dis que très bientôt, la vie des elfes sera ta plus grande préoccupation.
-Mais je n’y connais rien ! Je ne sais même pas les règles de base !
-C’est en forgeant qu’on devient forgeron.
-J’en suis ravi, murmura Drago, qui ne voyait absolument pas où elle voulait en venir.
-C’est un proverbe moldu ! Ca veut dire que si tu dois t’exercer à faire quelque chose pour y arriver.
-Granger, est-ce que tu te prendrais pour ma mère ?
-Dieu merci, non.
La jeune femme se rapprocha dangereusement de lui.
-Mais si tu crois que c’est pour ça que tu vas faire ce qui te plaît, tu te trompes lourdement. J’ai déjà pris beaucoup de retard à cause de toi, alors tu vas m’aider à le rattraper.
Drago n’était pas en position de refuser quoi que ce soit. Sans un mot, il prit place au bureau de Lune et leva son regard insolent vers Hermione.
-Par où on commence, professeur ? se moqua-t-il, en mettant tout le mépris dont il était capable dans ce dernier mot.
Hermione le foudroya du regard. Et dire qu’elle pensait avoir le dessus. A peine quelques heures étaient passées qu’il jouait déjà avec elle, la poussant à bout, s’amusant à repousser ses limites. Il fallait qu’elle se reprenne et le plus tôt serait le mieux.
-Et bien, par le début, Malefoy.

Drago se massa les tempes, dans l’espoir de diminuer sa migraine.
-Granger, c’est impossible ! Comment veux-tu que je retienne tout ça ?!
Ils venaient de passer un temps fou à étudier le fonctionnement du tribunal de l’Egalité, ainsi que le droit des elfes.
-Tu crois peut-être que les livres sont là pour décorer ?
-Te connaissant, c’est fort probable…
-Puisque tu as le temps de t’amuser, un petit peu de travail supplémentaire s’impose.
Elle transvasa la moitié des dossiers de son bureau à celui de Luna.
-Tu as tout ça à aire pour demain. Souviens-toi : quand ce n’est pas très grave, pas de jugement, un simple avertissement. Sinon…
-Je les convoque ici et on organise un procès, je sais, soupira Drago.
Hermione saisit un des dossiers et le défia :
-Alors, montre-moi ce que tu sais faire.
Le jeune homme s’empara de l’affaire sans le moindre enthousiasme. S’il allait lui en faire baver, elle allait le faire bosser.

-Comment tu veux y arriver s’y tu ne t’y entraîne pas ?! s’énerva Hermione une demi-heure plus tard.
-Peut-être que, justement, je n’ai pas envie d’y arriver… maugréa-t-il.
Mais il se remit quand même au travail, de mauvaise grâce.
Hermione, elle, avait enfin reprit son rythme normal. Elle enchaînait les affaires les unes après les autres, à une vitesse phénoménale selon Malefoy. Mais cela ne suffit pas à rattraper son retard avant la fermeture. Ce soir, pour la première fois depuis que son Tribunal était né, elle allait avoir du travail, non pas pour prendre de l’avance, mais pour rattraper son retard. Une seule chose la réconfortait : si elle n’était pas prête de retrouver son lit, Malefoy, lui, était bon pour une nuit blanche.
-C’est bon, Malefoy, ça va être l’heure.
-Hermione !
-Neville ! Alors, ça c’est bien passé ?
-Super ! souffla-t-il, une touche d’hystérie dans la voix. Je te dois tellement !
La jeune femme ne pu s’empêcher de sourire. Neville avait bien mérité un peu de bonheur.
-Je prends un peu de travail pour nous deux, expliqua-t-il en débarrassant Hermione d’une partie de son travail. Passe une bonne soirée.
Il se tourna ensuite vers Drago :
-Encore là, Malefoy ? attaqua-t-il.
-Et il va falloir que tu t’y fasses, rétorqua calmement le jeune homme.
-Malheureusement. Mais je ne m’inquiète pas trop. Bientôt, je ne risquerai plus de te croiser. Azkaban n’est pas dans mes endroits favoris, lâcha-t-il avant de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 15 Juil - 1:58

[Même message]

Chapitre 6 : A l’impossible, nul n’est tenu

Drago se baladait dans les rues grouillantes du Chemin de Traverse, se remémorant sa dure journée. Après la fermeture de son nouveau bureau, il avait transplané dans son sinistre appartement, ployant sous le poids d’une demi-douzaine de dossiers. Il avait alors essayé de se mettre au travail, mais il s’était vite rendu à l’évidence : mieux valait prendre un peu de repos avant, car cela ne menait à rien. Il errait à présent à travers les boutiques, se fondant dans la foule, observant les visages, joyeux, souriants, paisibles. Il se répétait mentalement, inlassablement :
-C’est un peu grâce à toi…
Sans trop savoir où ses pas le menaient, il enrageait. Contre Granger, en priorité. Mais il faut bien dire que Potter et Londubat avaient eux aussi une place de choix dans ses critiques acerbes.
Au bout d’un moment, il s’arrêta brusquement. La devanture de Fleury et Bott devait avoir l’air accueillante car il s’y engouffra sans réfléchir. Il erra à travers les rayons, un peu au hasard.
-Vous cherchez quelque chose de particulier, Monsieur ?
Non. Il ne cherchait rien de particulier. Mais, la jeune vendeuse s’était adressée à lui avec respect et il appréciait. Ce fut s’en doute pourquoi il acquiesça.
-Je pourrais peut-être vous aider à choisir. Que désirez-vous ?
Drago réfléchit. Excellente question. Rien ne lui venait à l’esprit. Il commençait à se sentir parfaitement idiot lorsqu’il murmura :
-Les proverbes moldus.
Immédiatement, il regretta son choix. Mais de toutes les façons, rien d’autre ne lui venait à l’esprit. Il faut dire que Granger semblait prendre plaisir à en sortir un toutes les trente secondes. Cela pourrait donc lui être utile.
-Ceci vous conviendrait parfaitement. C’est un dictionnaire qui regroupe les proverbes moldus et une explication de leur signification. Son usage est très simple et très pratique.
Drago aurait pu reculer, mais finalement, il lui sourit :
-Ca m’ira parfaitement. Merci.

-Elle vient d’arriver. Une française de 19ans.
-Où l’avez-vous mis ? demanda anxieusement Hermione.
Il était 21h00. Comme de nombreux soirs, Hermione avait dîné au Chaudron Baveur en compagnie de ses amis. Harry reprit ses explications :
-On lui a trouvé un petit appartement, à Pré-au-Lard.
-Elle est dangereuse ?
-Apparemment, non. C’est de la mauvaise graine, c’est sûr. Mais je suis à 100% d’accord avec le rapport : elle ne représente pas un risque.
Ginny somnolait, la tête appuyée contre l’épaule d’Harry. Elle avait eu une dure journée. Etre secrétaire du Ministre n’était pas de tout repos. Surtout quand il lui prenait l’envie d’annuler tous ses rendez-vous le jour même. Seule, elle avait du faire face à une dizaines de sorciers en fureur qui attendaient cette rencontre depuis des mois. Aussi, dès que la conversation avait dévié sur cette sang pur en adéquation totale avec les idées de Voldemort, elle avait décroché. Ron, en revanche, était très intéressé. Ces derniers temps, tout allait pour le mieux et il n’avait pas souvent eu l’occasion de pester contre quelque chose. Heureusement, il allait pouvoir se rattraper, entre l’arrivée de Malefoy et celle de la jeune femme.
-Ils ne sont pas gênés, ces français ! maugréa-t-il. Comme si on n’avait pas assez à faire avec les Anguilles, ils nous envoient leurs problèmes.
Harry et Hermione se sourirent, complices.
-C’est vrai, quoi ! Est-ce qu’on leur envoie nos résidus de Mangemorts, nous ?
D’une même voix, ses deux amis répondirent un « oui » moqueur qui eut pour effet de stopper net le jeune homme dans ses récriminations.
-Ah bon ? s’étonna-t-il.
Hermione, elle, était au courant de toute l’histoire. Harry, qui était devenu un des plus jeunes aurors de tous les temps, lui avait tout expliqué. Mais Ron était arrivé en cours de conversation, retardé au département des jeux et sports magiques, où il travaillait. Il lui manquait donc le fin mot de l’histoire. La jeune femme lui expliqua :
-Pour éviter que les partisans de Voldemort se regroupent, on fait des sortes d’échanges internationaux. On a envoyé Parkinson en France. Et en échange, on reçoit une certaine Elise Le Hutin.
Ron parut déconfit durant quelques secondes, mais il se reprit rapidement :
-Excellente idée ! Comme ça, ils feront des connaissances dans d’autres pays. C’est vrai qu’on n’en avait pas assez en Angleterre !
-Ron… soupira Hermione.
Harry, lui, éclata d’un rire franc face à la mauvaise foi de son ami.
-Tu sais très bien que ce sera très efficace. On évite les regroupements. Si tu étais un adepte de la magie noire et qu’on t’envoyait en France, tu n’irais te vanter de tes idées à n’importe qui. Imagine que ce soit un espion ou un auror.
-Oui, c’est bon, j’ai compris ! grogna Ron. N’empêche que je les aime pas beaucoup, ces Mangemorts français.
-Moi non plus. Mais elle en partage les idées et non pas les agissements. Disons qu’elle prend plaisir à se sentir supérieur. Mais ça n’a pas l’air d’aller plus loin.
-Et elle va faire quoi ? s’intéressa Hermione.
-T’aider au Tribunal, bien sûr ! rétorqua Harry.
-Quoi ?! paniqua la jeune femme.
-C’est bon, je plaisante.
Elle lui colla un bon coup de coude sous les rires de Ron.
-Espèce d’idiot ! Tu m’as fait peur ! Déjà qu’avec Malefoy…
Harry redevint sérieux instantanément. Heureusement, Ron éloigna habilement le sujet, permettant à Hermione d’oublier un peu son merveilleux collègue.
-Tu n’as pas répondu. Elle va faire quoi ?
-Oh, quoi exactement, je ne sais pas. Mais elle va travailler pour le Chicaneur.
La conversation passa ensuite à des sujets plus légers, tel que la petite Rose, fille de Fleur et Bill, qui faisait tourner tout le monde en bourrique. Ginny se réveilla immédiatement : elle ne ratait jamais un occasion de critiquer l’éducation que « Fleurk » donnait à sa nièce. Ils s’attardèrent particulièrement sur le jour où elle avait volé la baguette de sa mère pour changer la couleur « absoluuuument horiiiible » de Pattenrond. Elle s’était mit dans la tête que le bleu lui irait mieux, mais il s’est révélé que ce n’était pas le cas. Après s’être remémoré quelques bons moments, Hermione se leva pour rentrer chez elle.
-Hermione, enfin ! protesta Ron. Il n’est pas encore très tard !
-Il y en a qui ont un vrai travail, Ron, qui ont un vrai métier qui demande de se lever tôt.
-J’ai un vrai travail ! Tu n’as jamais aimé le Quidditch à sa juste valeur !
La jeune femme sourit. Décidément, il ne changerait jamais ! Mais, elle était fatiguée et avait bien mérité un peu de sommeil. Elle leur souhaita une bonne fin de soirée et transplana jusque chez elle, un appartement clair et spacieux. Avec un soupir de soulagement, elle s’allongea dans son lit

De retour chez lui, Drago déposa le petit volume de proverbe sur la table et ne s’en préoccupa plus. Il avait assez traîné comme ça, inutile de perdre plus de temps. Il attira à lui la pile de dossier et commença à les éplucher. Débuta alors un long et difficile travail. Il annotait chacun des cas avec précision et évaluait la gravité des faits. Les minutes, puis les heures, défilèrent trop vite pour l’étendu du travail. Parfois, il hésitait longuement. Stupéfixier son elfe et le suspendre au plafond des heures durant pour avoir accidentellement renversé du thé sur un tapis inestimable méritait-il un simple avertissement ou une convocation au Tribunal de l’Egalité? A vrai dire, il n’en savait rien. Selon Granger, cela valait au moins quinze ans à Azkaban. Mais selon la loi… Finalement, il se contenta de griffonner un « avertissement » en marge. Il valait mieux ne pas surcharger le tribunal. Ce cas n’était dans les plus graves. Il ferma les yeux quelques secondes. Deux dossiers. Il lui restait deux dossiers.

Hermione se réveilla, assez tôt, comme d’habitude, en pleine forme. Mais dès qu’elle se rappela qu’elle devrait supporter Malefoy une journée entière, son moral en prit un coup. « Tant pis, pensa-t-elle. Ce sera pire pour lui que pour moi ». Elle se prélassa sous une bonne douche qui eut le mérite de la détendre. Cependant, elle n’arrivait pas à chasser Malefoy de son esprit. La moindre de ses pensées la ramenait irrémédiablement à lui. Il était omniprésent. Des dizaines de questions se bousculaient dans sa tête. Comme si ça ne suffisait pas qu’elle le côtoie toute la journée ! Elle poussa un profond soupir en achevant de se préparer. Et comme tous les matins, elle transplana pour le Ministère, sa pile de dossier sous le bras.

Le corps de Drago était tout courbaturé. Un rayon de soleil éclairait trop vivement son visage. Hébété, il ouvrit les yeux. S’en suivi une seconde d’égarement et, presque aussitôt, les battements de son cœur s’accélérèrent tandis que ses entrailles se nouèrent. Il s’était endormi ! Il n’eut même pas besoin de jeter un coup d’œil à la pendule pour savoir qu’il était en retard.

« Que fait-il ? » se répétait inlassablement Hermione. Cela faisait déjà une bonne demi-heure qu’elle était arrivée au Ministère et Malefoy n’avait pas toujours pas daigné montrer le bout de son nez.

Il se leva brusquement, renversant la chaise sur laquelle il s’était endormi. Il avait intérêt à faire vite, pour limiter la casse. Pas le temps pour un petit déjeuner, même s’il n’avait rien mangé depuis celui de la veille. La matinée allait être longue, très longue.

« Il ne vas pas venir. Il a laissé tomber. » pensait inlassablement Hermione. Elle scrutait sans retenue la porte du bureau, sursautant au moindre bruit. Mais ce n’était jamais Malefoy. « Je lui laisse encore cinq minutes et je vais voir Harry ».

Drago paniquait en rassemblant ses affaires pour le Ministère. Il n’avait même pas terminé son travail ! Il lui restait deux dossiers ! Il allait avoir des problèmes. Encore plus si Granger avait signalé sa disparition. Il était considéré comme une Anguille avec tout ce que cela entraînait : il était surveillé et ne pouvait quitter le territoire sans dérogation. Le moindre de ses retards pouvait être considéré comme une tentative de fuite.

Hermione se dirigea d’un pas résolu vers la porte. Si Malefoy lui avait fait faux bond, il s’était enfui dans la nuit, pour avoir un maximum de temps avant que l’on ne remarque sa disparition. Il fallait qu’elle alerte un auror et le choix d’Harry s’imposait à elle. Malefoy allait retourner à sa place, à Azkaban et ce serait bien fait. Mais d’un autre côté, elle ne pouvait s’empêcher de penser que s’il avait eu quelqu’un d’autre comme supérieur, il serait peut être resté. Il n’aurait certainement pas pensé qu’il n’avait aucune chance et il aurait joué le jeu. S’il avait eu quelqu’un d’autre, il aurait peut être échappé à Azkaban…

Drago enfourna tous ses dossiers dans son sac et transplana sans plus attendre au Ministère. Comme d’habitude, la foule y était dense et il du slalomer pour parvenir aux ascenseurs. Et comme de par hasard, ils mirent trois fois plus de temps qu’habituellement pour l’emmener au bureau n°16.

Hermione s’apprêtait à monter dans l’ascenseur au moment même où Malefoy en descendait. Ils se regardèrent quelques secondes surpris, jusqu’au moment où une vielle harpie tempêta contre Drago pour obstruer la sortie. Obtempérant, il sortit, sans lâcher le regard de la jeune femme.
Cette dernière fit soudain volte-face et revint sur ses pas. Drago du presque courir pour la suivre. Elle semblait folle de rage. Comme une furie, elle s’engouffra dans le bureau. Le jeune homme s’arrêta juste à temps pour éviter la porte qu’elle venait de claquer. Il l’avait échappé belle ! Quelques centimètres de plus, et son nez n’aurait certainement plus jamais été le même. Il resta interdit un court instant puis décida d’entrer. Prenant son courage à deux mains, il tourna la poigné, entrouvrit la porte et jeta un œil dans l’interstice. Granger était là, penchée sur ses dossiers, un de ses pieds frappant furieusement le sol. Avec précaution, il alla s’installer au bureau de Neville. Il commença à sortir ses affaires dans un silence pesant. C’est alors qu’il remarqua le petit dictionnaire des proverbes moldus dans le fond de son sac. Une des pages était froissée. Délicatement, il la déplia, l’aplatissant avec sa main. Sans y faire attention, il lut le premier proverbe :
« A l’impossible nul n’est tenu : on ne peux exiger de quiconque ce qui lui est impossible de faire. »
Il referma l’ouvrage avec une moue sceptique. De toute évidence, Granger n’avait pas eu vent de ce proverbe… Il soupira en s’attelant au travail sur lequel il s’était endormi.

Hermione le surveillait du coin de l’œil, furieuse. Non seulement il ne s’était pas excusé pour son retard, mais en plus, il déballait tranquillement ses petites affaires ! Vraiment ! Tiens, voilà qu’il sortait les dossiers de la veille. Allait-il les lui apporter ? Mais non ! Voilà qu’il s’y mettait ! Ca ne se passera pas comme ça !
-Dis moi, Malefoy, attaqua-t-elle d’une voix doucereuse qui ne laissait présager rien de bon, serais-tu en train de terminer les dossiers d’hier ?
-Oui, répondit-il sans même lever les yeux, comme s’il n’y avait rien de plus naturel.
-Donc, hurla littéralement Hermione, folle de rage face à l’attitude de son employé, tu te pointes avec près d’une heure de retard, sans la moindre excuse et sans uniforme, pour terminer le travail que tu aurais du boucler hier ?
-Tu as tout compris. Un peu longue pour quelqu’un censé être brillant.
La jeune femme resta pantoise face à tant de désinvolture et de mauvaise foi. Elle faillit s’étouffer de rage face à son sourire en coin, tellement ironique t insupportable.
-Du calme, Granger, se moqua-t-il. Respire.
-Ecoute-moi bien, Malefoy ! ragea-t-elle. Tu as intérêt d’avoir une excellente excuse pour ton compor…
-A l’impossible nul n’est tenu.
-Pardon ? s’exclama-t-elle, surprise.
-Ne me dis pas que tu n’es pas capable de comprendre un simple proverbe moldu, railla-t-il.
Hermione le regardait, étonnée. Elle s’était attendue à tout, sauf ça. Cela voulait dire deux choses. Premièrement, elle l’avait sous-estimé. Deuxièmement, la guerre des proverbes avait commencé…

Voilà, j'espère que ça vous a plu. A bientôt et bonnes vacances à ceux qui en ont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura
¤Draymione Addict Administratrice
¤Draymione Addict            Administratrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15607
Age : 26
Persos préférés : Hermione bien sûr :p
Date d'inscription : 22/04/2006

Feuille de personnage
Nom/prénom: Hitsugaya Sakura
Age: 15 ans
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 15 Juil - 2:53

C'est génial Very Happy J'adore je suis fan !!

_________________


~Gryffondor~
Petite soeur d'une serpy gryffondoresque : Lyzz

Saki qui aime Jun qui aime Heiji Qui n'aime que lui même...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sushi-powa.skyblog.com
Vania
Choisis ton rang rubrique (questions,problèmes)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1261
Age : 29
Localisation : bin a la bibliothéque!!!
Persos préférés : trop pour dire
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 15 Juil - 12:03

bonne vacances a toi aussi

Franchement j'adore pas mal la replique de Malefoy!
J'ai bien rit a ce niveau la et Hermione qui s'exvcite toute seule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fandeHP-monHP.skyblog.com
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Dim 22 Juil - 12:03

Merci à tous! Ravie que ça vous plaise. Je poste la suite en espérant qu'elle vous plaira autant.

Chapitre 7: Aux grands maux les grands remèdes

Drago avançait vite et bien. Il avait rattrapé son retard de la veille et avait déjà bien entamé celui d’aujourd’hui. En plus, Granger n’avait presque rien trouvé à redire sur ces décisions, ce qui, selon lui, était un véritable exploit. Son petit achat de la veille s’était révélé bien utile et il ne regrettait pas ses gallions dépensées. Il se repassait en boucle la scène dans sa tête. De la surprise de Granger en passant par son silence. Elle n’avait rien trouvé à répondre ! Elle s’était rassise et avait repris son travail, sans plus faire le moindre commentaire sur son retard, sa tenue non réglementaire ou le millier d’autres choses qu’elle pouvait lui reprocher. Et il avait la paix. Enfin ! Seule ombre au tableau, il commençait à se sentir faible. Le petit déjeuner de la veille était bien loin et il restait encore longtemps avant sa pause déjeuner.

Hermione était sidérée. Un proverbe moldu dans la bouche de Malefoy… C’est ce qu’on appelle un retournement de situation. Sans compter qu’il s’était révélé assez efficace dans son travail. Bon, il n’était pas un ardant défenseur des elfes, mais il savait se montrer juste. Quoique la justice et un Malefoy ne fassent pas très bon ménage… Une fois de plus, elle était totalement perdue et ne savait que penser. Bien sûr, il lui restait un an pour se décider. Mais ne pas savoir quoi faire la perturbait. Elle ferma les yeux pour mieux réfléchir et se raisonna : elle connaissait Malefoy depuis plus de huit ans. Elle savait donc mieux que quiconque à quel point il était plongé dans la magie noire, à quel point il croyait en la supériorité des Sangs purs et prônait cette théorie. Oui, Drago Malefoy méritait de passer dix ans de sa vie à Azkaban. Pour toutes ses insultes. Pour avoir essayer de faire renvoyer Hagrid. Pour avoir fait condamner Buck à mort. Pour avoir toujours essayé de leur faire le plus de mal possible. Pour avoir été un Mangemort. Pour être responsable de la mort de Dumbledore. Pour avoir défiguré Bill. Elle rouvrit les yeux, décidée. Ce n’était que justice. Elle n’abusait absolument pas de son pouvoir pour se venger…

« Ouf, c’est l’heure ». Sans attendre une seconde de plus, il se leva.
-Tiens, on mange aujourd’hui ? ironisa Granger.
Drago ne se retourna même pas et fonça tout droit vers la cafétéria. Il valait mieux faire celui qui n’avait rien entendu. Et en plus il avait faim. Il fouilla au fond de ses poches. Il ne lui restait qu’une quinzaine de mornilles. Il devrait faire avec… Et passer à Gringotts au plus tôt. Avec un soupir, il songea qu’il ne savait pas encore combien il était payé pour supporter Granger. Très certainement une misère. Si son père savait. Mais il ne savait pas. Il ne saurait jamais. Drago s’en était assuré.

Hermione ne tarda pas à rejoindre ses amis à leur table habituelle. Ils étaient déjà tous là. Elle les salua chaleureusement pendant que Neville lui faisait son petit rapport de la matinée.
-On a contrôlé trois famille chacun. Pour Luna, tout était en règle. Moi, j’ai juste laissé un avertissement. L’elfe n’avait pas l’autorisation d’avoir une baguette, comme sous l’ancien droit. Mais c’est arrangé maintenant. La routine, quoi.
Hermione acquiesça. Le jeune homme prenait son travail très à cœur et cela faisait plaisir à voir. Tout comme le fait que la main de Luna soit enlacée dans la sienne d’ailleurs.

Drago se dépêcha d’avaler le contenu de son assiette. Il voulait remonter travailler pour avoir une chance de dormir cette nuit, tout en impressionnant Granger. Tant qu’il n’avait pas trouvé comment sortit de là, il devait la ménager un minimum. Mais après… Sur cette douce pensée, il acheva son repas et retourna jusqu’à son bureau. Il s’était arrêté sur un dossier particulièrement difficile : un elfe avait demandé l’aide du tribunal pour forcer son maître, qui l’avait renvoyé, à le reprendre. D’un côté, l’elfe n’avait pas commis une faute assez grave pour être renvoyé. De l’autre, pouvait-on obligé un sorcier à garder chez lui une créature contre son gré ? Le jeune homme poussa un profond soupir avant de piocher une bonne demi-douzaine de recueils de lois dans une des bibliothèques. Granger avait vraiment d’excellentes idées ! Un tribunal pour défendre les elfes de maison ! Cette fille devait être née dans le seul but de lui pourrir la vie.

Le repas tirait sur la fin. Neville et Luna étaient déjà partis poursuivre leurs inspections, suivis de près par Ginny qui avait reçu une note du Ministre lui demandant instamment son aide. C’était ensuite au tour de Ron de partir, un peu stressé par ce qu‘il appelait déjà « le plus grand rendez-vous de toute sa carrière ». Il devait rencontrer le Ministre de la Magie indien et le convaincre que s’il voulait que son pays accueille la prochaine coupe du monde de Quidditch, il devrait réduire la masse des cognards aux normes internationales, « parce que quinze kg, ce n’est vraiment pas possible ». Hermione se retrouva donc seul avec Harry qui ne tarda pas à remarquer l’air rêveur de son amie. Il devina facilement la cause de son inattention.
-Alors, tu as pris une décision ?
-Oui, ce matin je m’étais dis que dix ans à Azkaban lui ferait le plus grand bien.
-Ca me paraît aussi correcte…
-J’ai dit ce matin, rectifia Hermione.
Son ami sourit :
-J’aurais du m’en douter.
Et, plus sérieux, il ajouta :
-Tu as un an, ce n’est pas pour te décider le deuxième jour.
-Je sais, mais… J’ai besoin de savoir. Le choix me paraît tellement évident ! Et pourtant, à chaque fois que je me résous à l’envoyer à Azkaban, je me sens… mal.

« Super ! Voilà que le code des libertés en matières de sorcellerie de 1976 contredit le code de la confédération internationale des mages de 1987. Je prends lequel moi ? »

Hermione n’arrivait pas à s’expliquer. Heureusement, Harry la comprenait :
-Tu te dis que si ce n’était pas toi, il se comporterait peut être autrement. Que s’il est comme ça, c’est parce qu’il te déteste profondément. Et que donc tu ne sauras jamais si oui ou non, il mérite une deuxième chance.
-Exactement ! s’enthousiasma la jeune fille. Mais je ne vois pas comment…
Elle se tu brusquement. Tous les rouages d’un plan machiavélique se mirent en place dans son cerveau. Elle avait trouvé ! Elle allait pouvoir réellement juger Malefoy et l’envoyer à Azkaban sans avoir de remords…

« Article 6 : Le renvoie d’un elfe de maison ne peut être ordonné que pour une faute grave, à l’appréciation du juge.
Article 18 : On ne peut en aucun cas obligé un elfe à rester au service d’un sorcier contre son gré. De même, on ne peut obliger un sorcier à employer un elfe de maison contre son gré.
Conclusion : Le rédacteur du code régissant les relations elfes-sorciers devrait arrêter l’hydromel. »

Harry fixait Hermione avec inquiétude. Il ne l’avait plus vu comme ça depuis qu’elle avait eu les résultats de ses ASPIC : les yeux brillants, le regard vague, les joues rouges, les mains un peu tremblantes, les cheveux électrisés.
-Je te préviens, Hermione, murmura-t-il. Si c’est contraire à la loi, je ne marche pas.
-Si j’avais dit ça à chaque fois, Harry, on ne serait plus là.
-Peut être, mais c’était pour la bonne cause ! protesta-t-il.
Sans prêter la moindre attention à sa remarque, Hermione lui annonça, en baissant la voix :
-Il faut qu’il se confie à moi sincèrement. Pour que je sache ce qu’il pense vraiment.
-Oui, ce serait parfait, railla Harry. C’est sûr que comme ça, ça règle le problème. Tu ne risques pas de te tromper. Mais tu as juste oublié un minuscule petit détail : depuis quand Drago Malefoy se confit-il sincèrement à Hermione Granger ?
-Le truc, c’est qu’il ne faut pas qu’il sache que ce soit moi !
-Je déteste ça, quand tu parts toute seule dans ton idée, sans que je te suive.
-C’est pourtant simple ! Elise Le Hutin ! La française !
Harry réfléchit quelques secondes, puis son visage s’éclaira :
-Tu veux qu’elle l’interroge pour toi ! C’est une Sang pur, ça pourrait marcher… Oui, elle pourrait obtenir sa confiance et nous éclairer sur le cas Malefoy. Mais elle n’a aucune raison de nous aider. Tu as trouvé quelque chose en contre partie ?
Hermione secoua la tête en signe de dénégation.
-Ce n’est pas ce que je voulais dire. C’est vrai que j’aurais pu faire ça. Mais ce n’est pas très sûr. Peut-on lui faire confiance ? On n’a aucune garantie de sa bonne foi. Non, je comptais l’interroger à travers elle !
Le visage d’Harry se décomposa.
-C’est bien ce que je pensais, soupira-t-il. Ce n’est pas légal, tout ça…
-Voyons, Harry ! le morigéna-t-elle. Où est donc passé ton sens de l’aventure ?
Le jeune homme sourit avant de capituler :
-Tu es comme Ginny, toi. Quand tu veux quelque chose, tu l’as ! Mais comment comptes-tu t’y prendre ?
-Comme on l’a déjà fait par le passé : le polynectar !
-C’est un peu risqué, non ? tenta Harry pour la ramener dans le droit chemin.
Hermione eut un léger sourire, puis elle répliqua, d’un ton mélodramatique :
-Aux grands maux, les grands remèdes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
$ KisSs bY mE $
Figurant
Figurant
avatar

Féminin
Nombre de messages : 32
Age : 24
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Mer 25 Juil - 7:31

Ta fic est tout simplement ... super !! x'D ^^

j'adore ta façons de retourner la situation telle qu'elle l'était à Poudlard =]

Pour quand la suite de la bataille de proverbes ???

Bonne continuation =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Sam 28 Juil - 16:14

Ravie que ça te plaise!
Malheureusement, même si les prochains chapitres sont déjà écris, je ne peux pas les poster car ils sont sur mon PC à moi et là, je suis en vac' (sans lui -_-').
Mais d'ici quelques jours, ça devrait être bon (normalement, je rentre chez moi!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Jeu 2 Aoû - 13:55

[Désolée pour le double-post]
Me voilà enfin et voici la suite!
En espérant qu'elle vous plaira,
Lilia.

Chapitre 8: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeuf

Hermione débarqua en trombe dans son bureau faisant sursauter Malefoy, apparament profondément plongé dans un dossier épineux.
-Je suis sur une affaire très importante, mentit-elle. Je peux te laisser le bureau une partie de l’après-midi ?
Le jeune homme acquiesça sans même lever les yeux, ce qui l’exaspéra au plus au point.
-Malefoy, quand je te pose une question, est-ce trop te demander que de me regarder et de me répondre clairement ?
L’intéressé poussa un profond soupir qui en disait long sur ses pensées, leva vers elle un regard insolent et lâcha un « oui » méprisant.
-Oui, c’est trop te demander d’avoir un minimum de respect ou oui tu gardes le bureau ?
-Granger, sois gentille, n’essaie pas de faire de l’humour. Tu parais encore plus pitoyable.
Hermione en resta coite. Mais presque aussitôt, la colère reprit le dessus. Et dire qu’elle avait juste essayé de détendre l’atmosphère… S’il pensait avoir le dernier mot avec elle, il se trompait ! Elle s’apprêta à quitter le bureau, mais juste avant de passer la porte, elle se retourna et lui asséna :
-Tu as de la chance. Il parait qu’à Azkaban, les détenus perdent vite leur sens de l’humour. Tu ne seras pas trop gêné comme ça.
Elle savoura les effets dévastateurs de ses paroles. La peau de Malefoy, déjà très pâle habituellement, était littéralement blanche et son regard affolé n’avait plus rien d’insolent. Elle lui lança un sourire victorieux avant de quitter la pièce. Et ne pu retenir un rire quand une voix profondément immature lui rétorqua :
-C’est encore moins drôle !

Harry la détestait. Cordialement. Il gardait son calme à grand peine. Heureusement, Hermione ne tarda pas à arriver.
-Alors ? demanda-t-elle, excitée.
Il se contenta d’un regard éloquent. La jeune femme sourit. Elle s’en doutait. Elle observa la femme qui leur tournait ostensiblement le dos. Elle était assez petite et très menue, avec une masse impressionnante de longs cheveux noirs. Elise Le Hutin. De toute évidence, elle était bien décidée à ne pas collaborer. Et les secondes s’égrenaient, lentement, rendant à chaque le silence un peu plus pesant. Finalement, Harry tenta une nouvelle approche :
-Mlle Le Hutin ?
La jeune femme ne marqua aucune réaction, comme si elle n’avait pas entendu.
-Ecoutez, il est dans votre intérêt de faire des efforts. Nous voulons juste vous aider.
Pour la première fois, la jeune femme se retourna. Hermione ne su que penser. Son visage aurait pu être agréable mais ses yeux noirs étaient terriblement froids et sa bouche tellement pincée qu’on ne voyait plus ses lèvres. Tout en elle évoquait le mépris et le dégoût.
-Tu es toujours sûre de toi ? lui souffla Harry.
Hermione ne répondit pas tout de suite. A vrai dire, elle n’avait pas imaginé les choses comme ça. Elle fit signe à son ami de ressortir dans le couloir et referma soigneusement la porte de la pièce où se trouvait la française.
-Changement de plan, annonça-t-elle simplement.
Comme elle l’avait expliqué à Harry, elle pensait agir avec l’accord de la française. Cette dernière n’était pas censée refuser pour faire bonne impression. Mais elle n’avait de toute évidence aucune envie de faire « bonne impression ». Le jeune homme sourit :
-Ravi de te voir revenir à la raison.
-Je n’ai pas dit que je laissais tomber ! J’ai juste dit qu’on allait faire ça dans son dos. On ne peut pas la mettre au courant. Il ne manquerait plus qu’elle s’associe avec Malefoy !
-Et je peux savoir comment tu comptes t’y prendre ?
-Reste là ! ordonna-t-elle. Ne bouge pas !
Harry le regarda retourner dans la pièce, surpris. Il se mit à faire les cent pas dans le petit couloir, guettant le moindre cri qui lui donnerait l’occasion de désobéir. Mais il ne vint pas et, quelques minutes plus tard, Hermione ressortit, suivit de près par la jeune française qui s’éloigna bien vite d’eux. Quand elle fut hors de vue, la jeune femme tira de sa robe une longue mèche de cheveux noirs. Avec malice, elle dévoila :
-Je maîtrise parfaitement le sort de découpage…
Harry ne pu s’empêcher de sourire.
-Bravo. Mais on fait quoi, maintenant ?
-On va piocher un peu de polynectar dans la réserve des aurors !
-Je n’aime pas ça… grogna-t-il en suivant la jeune femme.
-C’est bête, parce que tu es auror et que c’est toi qui va m’approvisionner.
-Mais où sont donc passés tes grands principes, ton respect des règlements ?
Hermione s’arrêta net.
-Je veux savoir, lui murmura-t-elle d’un ton suppliant. J’ai besoin de savoir.
Le jeune homme acquiesça. Il avait bien compris.
-Tu as raison. On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs, c’est bien connu.
Hermione lui sourit. Oui, c’était exactement ça. Elle peaufina le déroulement des évènements :
-On devrait peut-être mettre le ministre au courant. Je n’aime pas faire tout ça dans le dos de Kingsley. C’est toi qui me présenteras à Malefoy. Je t’expliquerais tout ça.
-Et pour les cheveux ? Si ça dure longtemps, il t’en faudra plus ? Et ça m’étonnerait que Malefoy te fasse confiance tout de suite…
-C’est Mr Lovegood qui tient le Chicaneur où elle va travailler. Et Luna aussi maîtrise le sort de découpage…
-Et s’ils se rencontrent ? Il verra bien que quelque chose ne tourne pas rond si elle prétend ne pas le connaître !
-Elle n’aura plus rien à faire au Ministère, ils n’habitent pas au même endroit. Il n’y a quasiment aucune chance pour qu’ils se voient. Et j’inventerai quelque chose, ne t’inquiète pas.
Harry capitula. Elle était décidée et elle avait réponse à tout. De plus, son idée n’était pas si mauvaise. Depuis le temps qu’il voulait savoir…
-Demande lui pour moi pourquoi il a fait ça… Pourquoi il a aidé le camp adverse à détruire son maître tout en sachant qu’il se condamnait…

Drago referma le dossier. Finalement, le maître n’aurait pas le droit de renvoyer son elfe pour une faute aussi insignifiante. Il n’était pas sûr que ce soit une bonne solution, mais il s’était assez creusé la tête. Sans attendre, il empoigna le dossier suivant et se plongea dans un cas totalement différent où un elfe avait empoisonné volontairement ses maîtres. Mais il fut vite tirer de ses pensées par la voix, ô combien détestée, de Potter. Il ne tarda malheureusement pas à faire irruption dans le bureau.
-Hermione ?
-Elle n’est pas là ! cracha Drago, irrité.
-Si elle est obligée de supporter quelqu’un d’aussi agréable que toi, on se demande pourquoi…
Et sans lui laisser le temps de répliquer, il appela :
-Mlle Le Hutin ! Venez !
Il pénétra alors dans le bureau suivi par une jeune femme, très petite et très fine, qui avait l’air… très mécontente, pour ne pas dramatiser.
-Et je suis censé faire quoi, moi ? l’agressa-t-elle.
-Vous taire ! riposta Potter.
-Alors inutile de me faire déplacer pour ça ! Je pouvais très bien le faire chez moi !
Drago sourit. Potter venait de se faire remettre à sa place et bien. Par une jeune femme qui ne faisait pas la moitié de sa taille ! Charmant spectacle ! Il ne la connaissait pas, mais il l’aimait déjà.
-Ecoutez, vous commencez à me…
-Potter, du calme ! On ne t’a jamais appris la politesse ?
Il le regarda avec plaisir s’étouffer de rage. Quelle douce vision…
-Bon, reprit Potter d’un ton qu’il voulait calme, Hermione n’est pas là, mais…
-J’ai un article à faire ! Alors vous vous débrouillez pour me retrouver cette fille !
-Drago Malefoy se fera un plaisir de s’occuper de vous ! rétorqua Harry en désignant son ennemi.
L’intéressé s’indigna :
-Ca te tuerait de me demander mon avis ?
-Non, mais de toutes les façons, tu n’as pas le choix. Je vous laisse et je suis sûr que vous allez très bien vous entendre, affirma-t-il en quittant précipitamment le bureau.

Harry ferma les yeux. Il venait de fuir face à Malefoy. Pire, il avait perdu la face devant lui. Hermione avait vraiment très bien joué son rôle, malheureusement… Il regretta alors amèrement de s’être laissé embarquer de cette aventure. Si au moins le Ministre n’avait pas donné son accord, il aurait peut être pu la faire changer d’avis et lui faire oublier ses états d’âme à envoyer l’autre imbécile à Azkaban. Mais Kingsley leur avait donné carte blanche. Enfin, si cela permettait de comprendre le petit jeu de Malefoy, ça valait peut être le coup. Et il se souvint de ce qu’il avait dit un peu plus tôt : « on ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf ». Jamais, de toute sa vie, il ne s’était senti aussi « œuf ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilia
Tordu de ce couple
Tordu de ce couple
avatar

Féminin
Nombre de messages : 251
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque
Persos préférés : Drago, bien sûr...
Date d'inscription : 09/07/2007

Feuille de personnage
Nom/prénom: Maestrom Lilia
Age: 20
Caractère et physique:

MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   Sam 25 Aoû - 12:40

Et le chapitre 9!

Chapitre 9: Qui se ressemble s'assemble

Hermione eut un petit sourire. Tout se déroulait comme prévu. Le fait qu’elle simule une inimitié avec Harry sous l’apparence hautaine d’Elise Le Hutin lui avait valu la sympathie immédiate de Malefoy. Et il faut dire que cela la changeait radicalement ! Son air hautain et méprisant avait totalement disparu. Il était… souriant et aimable. Quel comédien ! Elle s’y serait laissée prendre si elle ne le connaissait pas. Celui-ci lui demanda poliment :
-Alors, que puis-je faire pour vous ?
Hermione avait longuement préparé sa réponse. Très professionnelle, elle expliqua :
-Je me présente, Elise Le Hutin, reporter pour le Chicaneur. Je suis… dans l’obligation d’écrire un article sur ce tribunal.
Le jeune homme s’étonna :
-Dans l’obligation ?
Hermione poussa un profond soupir et expliqua, d’un air dédaigneux, copié sur la jeune femme qu’elle avait vu un peu plus tôt :
-Je suis une française issue d’une grande famille de sorciers. On m’a envoyé ici pour que je « fasse mes preuves », afin de vérifier que je ne suis pas « contaminée par les idées de mes parents ». Comme si j’étais une criminelle !
Malefoy eut une grimace de compassion, compréhensif.
-Alors on est un peu dans le même cas…
-Ah oui ? fit semblant de s’étonner Elise. Qu’est-ce qui vous est arrivé ?
Malefoy haussa les épaules, évasif et détourna le sujet de conversation :
-Vous n’avez pas un article à faire, Mlle le Hutin ?
-Si, bien sûr.
« Surtout que le polynectar ne dure qu’une heure », ajouta mentalement Hermione.

Drago sourit. Granger allait adorer cette interview. Si elle avait du choisir les question, il aurait mis sa main à couper qu’elle aurait choisit celle-là. Décidément, cette Elise avait un don pour le journalisme. Il y répondait du mieux qu’il pouvait, comme l’aurait fait sa supérieure. Bien sûr, il avait du oublier des choses, mais il ne s’en était pas mal sortit. Il la regarda encore une fois. Elle était plutôt jolie. Surtout son sourire. Ou son regard. Et elle le comprenait. Depuis qu’elle était entrée dans ce bureau, il se sentait… joyeux. Etat qu’il ne connaissait plus depuis bien longtemps. Sans compter qu’elle s’était occupée de Potter avec panache. A cette pensée, il ne pu retenir un sourire.
-Que se passe-t-il ? demanda-t-elle, un peu surprise, en levant la tête de ses notes.
-Oh rien… Disons juste que ce n’est pas tous les jours que quelqu’un ose remettre le grand Harry Potter à sa place. Vous avez du cran, Mlle le Hutin.
La jeune femme laissa échapper un petit rire cristallin.
-Appelez-moi Elise, je vous en prie.
-Très bien, Elise, souffla-t-il, sans la quitter des yeux.
Troublée par un tel comportement, Hermione amorça son départ.
-Ce fut un plaisir, mais je dois retourner à mes occupations.
Drago la raccompagna jusqu’à la porte, un peu déçu qu’elle parte si vite.
-Nous aurons peut être l’occasion de nous revoir, espéra-t-il.
-Oh, j’en suis sûre…, répondit-elle avec conviction.
Elle lui adressa un petit sourire avant de s’en aller. Il la regarda jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans la marée des employés qui allait et venait dans le couloir.

Hermione eut à peine le temps de s’enfermer dans une cabine des toilettes avant qu’elle ne commence à reprendre sa forme normale. Ce fut assez pénible, mais elle en fut quand même rassurée : sa dernière expérience avait été assez traumatisante. Et dire qu’elle aurait pu passer sa vie recouverte de poil ! Elle essaya de retirer avec difficulté la robe qu’elle avait revêtue pour l’interview, sous l’apparence d’Elise. Cette dernière étant sensiblement plus petite et plus fine qu'elle, elle avait du emprunter une des robes de rechange de Ginny. Mais, à présent qu’elle avait retrouvé sa taille normale, le pauvre bout de tissu en voyait de toutes les couleurs. Elle parvint quand même à l’enlever sans le déchirer et remit son uniforme. Cette première rencontre avait été une réussite.
Avec un petit sourire de satisfaction, elle se hâta vers la volière du Ministère, le seul élément qui n’était pas sous terre : les moldus y voyaient un cloché en rénovation. Une bonne cinquantaine de hiboux grands ducs ne demandaient qu’à faire leur travail. Elle en appela un et envoya son interview à M.Lovegood, le père de Luna, directeur du Chicaneur. Lors de l’entrée de sa fille au Tribunal de l’Egalité, il avait proposé de faire un article dessus, pour faire un petit peu de publicité. « Voilà une bonne chose de faite !» pensa la jeune femme. Et, sans attendre plus longtemps, elle retourna à son bureau.

Harry soupira. Il ne pouvait pas dire la vérité à Ron. Son meilleur ami serait entré dans une colère noire s’il avait su qu’Hermione gâchait du polynectar pour interroger Malefoy. Il prendrait ça comme une sorte de trahison : après tout ce que Malefoy avait fait, il ne méritait pas une seconde chance. Bien sûr, la jeune femme ne lui avait pas demandé de garder le secret. Mais c’était un accord tacite entre eux. Ron ne pouvait pas comprendre le doute qui hantait la jeune fille. Il n’avait déjà pas apprécié qu’Harry le sauve d’Azkaban, alors une deuxième fois… D’un autre côté, lui mentir répugnait Harry. Sans compter qu’il posait des questions assez gênantes.
-Alors Harry ?
-Hum ? murmura-t-il en faisant celui qui n’avait rien entendu.
-Comment ça se passe avec ta française ?
-Pas trop mal.
-Menteur !
Harry sursauta. Se doutait-il de quelque chose ? Il leva les yeux vers son ami, mais il souriait.
-Parvati m’a dit qu’elle l’avait vu avec toi, vers le bureau d’Hermione. Et qu’elle ne te faisait pas la vie facile.
Le jeune homme n’avait plus le choix. Il avoua à demi les choses :
-Elle travaille pour le Chicaneur. Elle devait faire un article sur le Tribunal. Je l’y ai emmené.
-C’est Hermione qui doit être contente ! Elle qui repoussait constamment l’échéance. Elle s’en est bien sortie ?
Encore une fois, Harry eut bien du mal à ne pas tout dire sans mentir :
-Elle n’était pas vraiment là… C’est Malefoy qui s’est occupé de répondre aux questions.
Le visage de Ron s’affaissa. Il récapitula, sceptique :
-Hermione était absente et c’est Malefoy qui s’est occupé de l’interview ? Elle est folle ou quoi ?
Harry haussa les épaules comme s’il trouvait cette situation parfaitement normale et qu’il était dans les habitudes de son amie de quitter son travail et de laisser quelque chose d’aussi important que la réputation de son Tribunal, aboutissement de la SALE, entre les mains de leur pire ennemi.
-Au moins, ils vont bien s’entendre, soupira Ron. Et Hermione a intérêt de faire attention si elle ne veut pas se retrouver au chômage avec ses deux là qui lui concoctent un petit article.
De nouveau, le jeune homme fit celui que ça n’intéressait pas dans le but de changer de sujet.
-Et puis, comme dit mon père, « qui se ressemble s’assemble ». Ces deux là vont finir ensemble, c’est sûr !
Harry cilla. Il n’avait pas pensé à ça. Hermione savait qui était Malefoy donc aucun risque de ce côté-là. Mais de l’autre ? Il essaya de rire, mais il sentit à quel point le son aigrelet qu’il émettait paraissait faux. Heureusement, Ron ne remarque rien.

Hermione entra dans son bureau. Malefoy, qui était penché sur ses dossiers, leva à peine les yeux avant de lâcher d’une voix qui se voulait morne :
-On a eu de la visite.
-Ah oui ? essaya de s’étonner Hermione.
-Hum…
Quel sale petit rat ! Il faisait exprès de ne pas en dire plus, juste pour faire durer le plaisir. Il savait très bien que sa patronne aurait été impatiente d’avoir des réponses ! Mais, ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle était déjà au courant. Elle lui tourna le dos pour sourire à son aise. Elle n’allait rien lui demander et savourer sa réaction. Elle s’efforça de retrouver son sérieux et s’assit à son bureau pour feuilleter un lourd dossier, comme si rien d’autre ne l’intéressait. Les secondes passaient et elle sentait l’exaspération de Malefoy monter. Il lui lançait des regards furtifs et gigotait sans cesse. Finalement, il ne pu plus se retenir :
-Tu as entendu ce que je viens de dire, Granger ?
-Hum…, fit-elle en imitant exactement la réponse qu’il avait eut un peu plus tôt.
-Et ça ne t’intéresse pas ? s’énerva-t-il, parfaitement conscient du fait que son petit jeu se retournait contre lui.
Hermione ne répondit même pas. Prendre l’apparence d’Elise Le Hutin lui avait appris beaucoup. A commencer par le fait que Malefoy faisait exprès de se montrer aussi imbuvable avec elle et qu’il était conscient de chacune de ses paroles. Et elle n’en serait que plus dure : il allait payer…

Harry fonçait à travers les couloirs. Il voulait s’assurer qu’Hermione n’y aille pas trop fort avec Malefoy, histoire de ne pas se retrouver avec un cœur brisé sur les bras. Mais à quelques mètres du bureau, il renonça. « Qui se ressemble s’assemble »… C’est vrai, mais Hermione ne ressemblait pas à la vraie Elise. Seule son apparence avait changé. Inutile de s’inquiéter pour si peu… De plus, Harry avait besoin de savoir, d’avoir des réponses… Les risques étaient présents, mais agir en soit même est un risque. Là, il n’y avait pas urgence. Il lui enverrait juste un hibou pour vérifier certaines choses. S’il débarquait dans son bureau comme un fou, cela alerterait Malefoy qui pourrait commencer à fouiner. Son amie n’était pas idiote, bien au contraire. Elle était consciente de la situation et s’était tiré de situations beaucoup plus inquiétantes. Elle s’en sortirait sans le moindre dommage… Il fit demi-tour. Bientôt, Harry allait pouvoir mesurer la portée de son erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oeil pour oeil, dent pour dent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oeil pour oeil, dent pour dent
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Oeil pour oeil
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» Raphaël Farès
» Des fois, mieux vaut rester dans son territoire ¬ Thomas L. Fletcher
» Un mensonge pour un mensonge. Oeil pour Oeil, Dent pour Dent [Gab/Elise]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ATTRACTION • :: Romance/Humour :: Drago/Hermione-
Sauter vers: